499

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 6.5/20

LINE UP

-Rene
(chant)

-John
(basse)

-Alex
(guitare)

-Eddy
(guitare)

-Christian
(batterie)

TRACKLIST

1)Thirst For Knowledge
2)Royal Killing
3)Falling Apart
4)Mask Of Hatred
5)The Forthcoming
6)Children Of A Dying Breed
7)Lost Horizon
8)Casting Shadows
9)Behind The Veil
10)Demon-(mon)archy

DISCOGRAPHIE

Royal Killing (2004)

Fall Of Serenity - Royal Killing
(2004) - melodeath - Label : Metal Age



Et hop! Encore un groupe de heavy suédois! Ah, non, pardon, un groupe allemand qui fait du heavy suédois, nuance. Se définissant comme un groupes de Death Metal utilisant des twin leads (que d'originalité), Fall Of Serenity réussit l'exploit de ne pas sonner comme In Flames, ce qui n'est pas mal en soi. Il faut malheureusement dire que c'est parce qu'ils ne sonnent pas du tout. Dommage... C'est le premier élément qui saute aux oreilles: le son. Comment dire ça... BEUARK!

En gros, la prod est bonne, mais le mix est affreux. Chaque instrument bénéficie d'un son allant du très bon au potable, mais la place accordée à chacun d'entre eux laisse perplexe. Le chant et la batterie sont mixés extrêmement en avant, et les guitares sont les grandes perdantes. Et ça, ça ne le fait pas du tout. Les blast-beats sont réellement pénibles à écouter car on n'entend plus les autres instruments, ça cogne et ça hurle et voilà. D'ailleurs, en parlant du batteur... Celui de Fall Of Serenity est le plus pénible qu'il m'ait été donné d'écouter. Déjà, le son est space, extrêmement froid et métallique, ce qui, je le sais, plaît à certains. Il me fait penser au son du dernier Kataclysm. C'est d'ailleurs le seul compliment que j'accorderai au batteur: son utilisation hystérique de la double pédale rappelle elle aussi Kataklysm. Mais le batteur de Kataclysm, lui, est incroyable de rapidité ET de maîtrise. Ici ça va vite mais c'est brouillon, comme sur le titre "Falling Apart" où il dérape par moments. Mais le pire, c'est sa totale absence de créativité. Toujours les même rythmes! Toujours les mêmes breaks! Il est fort, mais il est ennuyeux. Il casse le crâne. Et ça c'est rédhibitoire.

Le groupe surprend un peu au début car il ne sonne pas comme une enième copie de Dark Tranquillity. La première chanson ne comporte qu'un seul passage en twin leads, et le deuxième titre (et title-track) propose une originalité, à savoir des parties hurlées avec du chant clair en soutien. Mais dès ce moment, la pauvreté des riffs a commencé à apparaître. Fall Of Serenity aime énormément les riffs en ternaires, et répète la même figure rythmique sur la quasi-totalité des chansons. On prend un riff, on garde le rythme, on change deux-trois notes et hop, une nouvelle compo! Et bien non, désolé.

Le groupe affiche là sa principale carence: son incapacité à se renouveler d'une chanson sur l'autre. Royal Killing est un album qui tourne en rond, sans arrêt. Les quelques breaks heavy-metal se ressemblent tous (en gros, du Maiden à la sauce black, donc du Cradle), les parties speed sont à la limite du supportable à cause du boum-paf envahissant et déplaisant du batteur, et au fur à mesure qu'on avance dans l'album les breaks deviennent de plus en plus téléphonés, prévisibles, et au final, ennuyeux. Le chant module un peu mais pas assez, et c'est quand il part dans le black que le chanteur est le plus crédible. Son chant clair est plat et sans relief, et son hurlement « death suédois » est un archétype du genre. Rien de neuf, réellement, même si les quelques passages en choeurs (on dirait du Blind Guardian sur le titre "Falling Apart"!) font lever un sourcil. S'ils avaient persisté dans cette voie... mais non, les bonnes idées passent et disparaissent, et sont désespérément peu nombreuses.

Il reste deux titres potables sur cet album. "Mask Of Hatred", le quatrième titre, grâce à son effet panoramique sur le riff de guitare (il fait du va-et-vient de l'enceinte gauche à l'enceinte droite), ainsi que son riff en ternaire speed assez balaise rythmiquement. "Lost Horizon", le « tube », commence assez pauvrement, avec un riff déjà entendu un million de fois ailleurs et une batterie qui donne envie de tuer quelqu'un, mais le titre se termine sur un break acoustique assez joli et surtout totalement inattendu, comme quoi quand ils veulent ils peuvent surprendre l'auditeur. Enfin, ça fait UN moment. Sur un album entier, c'est quand même limite.


Donc voici un groupe qui aurait pu être original, mais qui passe son album entier à s'auto-copier. Honnêtement, l'écoute continue de cet album est un effort. On est gavé au bout de trois titres, et ceux qui suivent sont tous les mêmes! Ajoutez à ça un son de chiottes et un batteur qui connaît trois rythmes différents et répétitifs, et vous obtenez quoi? Et bien une bouse. C'est mauvais, je ne peux pas le dire autrement. Offrez-le à quelqu'un que vous n'aimez pas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3