4977

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 20 décembre 2011
Sa note : 10/20

LINE UP

-Nicklas Bäckström
(chant+basse)

-Kristoffer Bäckström
(guitare)

-Patrick Ylmefors
(guitare)

-Jakob Burstedt
(batterie)

TRACKLIST

1)The Titan Above Us
2)Waltz Of Despair
3)Casus
4)Blank Point
5)Ulv
6)Thin Line
7)Åland

DISCOGRAPHIE

Rural (2011)

Moloken - Rural
(2011) - postcore - Label : Sound Pollution



Le postcore commence à faire son petit effet et il n'est plus très rare de nos jours de trouver des combos de ce type tenter leur chance. N'ayant que 4 ans d'activité et un album à leur actif, Moloken est de ceux-là, et va retenter sa chance avec Rural. Sauf qu'au milieu des bouches-trous, nos Suédois n'ont malheureusement rien pour se démarquer. Oh mince, maintenant c'est raté pour le suspens. Reste plus qu'à voir ce qui cloche alors.

Comme on pouvait déjà se l'imaginer, le postcore de Moloken est totalement dénué de personnalité. Le style se popularisant et les clones des grands noms du genre faisant leur apparition par-ci par-là, nos Suédois se placent illico dans cette catégorie des formations qui, sans inspiration aucune, décident d'aller piquer un peu de tout à chaque groupe. Et là voix typée hardcore déjà entendue des milliers de fois de Nicklas Bäckström n'arrange absolument rien à l'affaire, non seulement le chanteur/bassiste est dénué de personnalité, mais sa voix énerve plus qu'elle n'aide à remonter le niveau. Les quatre hommes veulent également se la jouer « in » jusqu'au bout et en ce moment, ils ont compris que la mode, c'est à l'atmosphérique ! Mais si, vous savez, faire des ambiances planaaaantes ("Åland", "Ulv") et loooongues pour faire duuuurer le plaisiiiir … ou pas, parce que là côté plaisir, c'est le zéro pointé.
Car en plus de nous servir une musique sans once quelconque d'originalité, les Scandinaves ont la brillante idée de vouloir se démarquer, si je vous assure ! Et pour cela, on essaye d'épurer à fond son côté metal, pour paraître gentillet, mais pas trop non plus. Sauf que, ne sachant pas doser ces atmosphères enlevées, Moloken se tire une balle dans le pied, et nous annonce notre plus grand cauchemar dans le style : l'ennui. Il fallait s'en douter, dans ce genre, ça passe ou ça casse et côté Moloken, c'est pas la bonne opération. Bon, pour sauver quelques meubles dans Rural, on compte une bonne production, quelques expérimentations agréables (des montées en puissance, une guitare ayant une certaine liberté) et le solo de "Blank Point". Tout n'est pas désagréable et au fur et à mesure, on apprécie quelques morceaux, on se rend compte que les musiciens ont quand même une réelle technique, mais qui a du mal à cacher l'aspect brouillon qui émerge de temps à autre ou la vacuité se cachant derrière la longueur.


Les Suédois de Moloken auraient pu faire mieux. Pour un deuxième album, Rural est encore trop imparfait, manque de finitions et se retrouve coincé le cul entre deux chaises dans des tentatives de démarquage encore trop douteuses et mal maîtrisées, côtoyant une musique manquant d'identité. Heureusement que de bonnes idées se dégagent de temps à autre et sauvent l'opus du naufrage complet, mais pour le prochain essai, il va falloir être plus rigoureux. Sinon, ce sera le coup de gueule.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7