494

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11/20

LINE UP

-Stéphane Fradet
(chant)

-Arnaud Bodin
(guitare)

-Alex Bonvalot
(guitare)

-Laurent Robalo
(batterie+claviers)

-Guillaume Eloy
(basse)

TRACKLIST

1)At The Gates Of Dawn
2)The Endless Quest
3)Crimson Eyes
4)A Way To Follow
5)Two Of A Kind
6)Remember
7)Shadow Realms Part.1 : The Shadow Crown
8)Shadow Realms Part.2 : The Citadel
9)Fading Away
10)Silent Cries
11)World's Closing Chapter
12)Beyond The Gates Of Dawn

DISCOGRAPHIE

Gates Of Dawn (2006)

Falkirk - Gates Of Dawn



Falkirk est ambitieux avec ce troisième album, déclinant en treize titres un concept esthétiquement étayé par un packaging soigné et quelques bonus multimedia de bon aloi. Il est temps pour nos Franciliens d'être pris au sérieux, d'autant que le line-up du groupe s'est enfin stabilisé, avec l'arrivée de Guillaume Eloy à la basse. Le heavy-speed du groupe s'est agrémenté de quelques influences nouvelles, permettant à Gates Of Dawn de couvrir un large spectre d'ambiances et d'éviter les redites. Hélas, les améliorations notables de ce disque ne l'empêchent pas de décevoir, car certains de ses défauts pèsent encore lourd.

On appréciera la volonté du combo de soigner ses arrangements, comme le présentent l'introduction orchestrale et un "The Endless Quest" aux accents rhapsodiens. Le speed mélodique ainsi conçu s'inscrit pleinement dans les grandes tendances du mouvement. L'épique "A Way To Follow", démarrant comme une ballade folk, s'emballe rapidement vers les poncifs du genre: vitesse, choeurs, claviers. Mais Falkirk ne se limite pas à cela, et essaie parfois de se montrer plus agressif et plus moderne. En cela la performance du chanteur Stéphane Fradet est à souligner, car même si la qualité de son chant est irrégulière, force est de lui reconnaître une certaine aptitude à toucher à tout: mélodique, hargneux à la Hetfield, hurlements néo, et même cris suraigus en falsetto à la Halford. "Crimson Eyes" est un exemple significatif de ses capacités.

"End Of Line" s'apparente donc plus à un hymne heavy-thrash old-school, et "Silent Cries" se rapproche du néo, même si une base heavy traditionnel sous-tend quoiqu'il arrive les expérimentations de Falkirk. "Remember" donne aussi dans l'anti-conformisme, avec un rythme et un riff aussi surprenants l'un que l'autre. Bref, nos compatriotes ne sont pas avares en bonnes idées, mais celles-ci sont entièrement sapées par une production et un mastering brouillons, particulièrement dévastateurs en ce qui concerne la guitare rythmique et le chant. Un disque qui affiche une certaine ambition ne peut se permettre une telle carence, et en ce sens Gates Of Dawn est aussi encourageant que rageant tout court. Un titre comme "World's Closing Chapter", fort de ses dix minutes, cumule des plans intéressants - quelque peu cafouillants au début cependant - mais ne tient pas ses promesses, car manque de crédibilité.

Dommage, car les compositions au niveau global ne sont pas bâclées. Les leads et les soli sont tous fort bien exécutés, les subtilités sont nombreuses et l'on sent bien une intention de départ très louable. Seulement, Falkirk a besoin d'autre chose pour évoluer. Certes, la mise en son n'est pas le critère essentiel d'achat pour les metalleux - quoique...-, mais le groupe évolue typiquement dans un style où elle se doit d'être soignée. Il a une lisibilité à l'international, alors il est temps d'en profiter! Une semi-déception donc, relative il est vrai à l'ambition affichée dès le départ. Il ne manque pas grand chose.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4