4935

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 27 novembre 2011
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Jennifer Borg
(chant)

-Karl Szulik
(guitare)

-Robert Inglis
(guitare)

-David Van Pelt
(claviers)

-Simon Mahoney
(basse)

-Luke Wenczel
(batterie)

TRACKLIST

1)Answers
2)Visionary
3)In My Mind
4)Vision Divine
5)Guided by Osiris
6)One Last Caress
7)Garden of Evil
8)Another Battlefield

9)Civilisation
10)Unscathed

DISCOGRAPHIE


Divine Ascension - As The Truth Appears
(2011) - metal symphonique progressif - Label : Nightmare Records



Venus tout droit d'Australie, les petits nouveaux de Divine Ascension présentent à la face du monde As The Truth Appears, un premier album se catégorisant comme parfait mélange entre progressif et symphonique, le tout accompagné d'un sympathique artwork. Leur musique sera-t-elle à la hauteur de cette première impression ? C'est ce que nous allons tenter de découvrir.

Dès les premières notes de "Answers", une première constatation se fait : comme dans beaucoup de groupes symphoniques, la voix tient une grande place dans les compositions. Plus atypique est le choix de la chanteuse : en effet, la voix de Jennifer Borg ne se risque que très rarement dans les aigus, préférant la puissance rassurante des graves. Expressive et puissante, elle est parfois noyée dans une nappe sonore peu agréable, et ce n'est pas le manque de morceaux calmes qui infirmera cette impression. Parfois doublée par une autre voix, masculine ("Answers", "Another Battlefield"), elle est un avantage certain. Ce n'est pas pour autant que les autres instruments sont laissés en plan : les guitares sont constamment présentes et ne laissent aucun doute sur le côté prog' de la chose (les soli de "One Last Caress" et "Vision Divine" sont d'ailleurs fort sympathiques).
Plus discrète (surtout en ce qui concerne la basse), la section rythmique remplit son rôle de manière efficace. Même constatation pour des claviers peu perceptibles. A nouveau on se prend à regretter le manque de moments calmes, comme sur le début de "Civilisation". Car - à force d'héroïsme et de refrains parfois catchy, parfois non - les Australiens sont parvenus à se donner un son reconnaissable sur... toutes les chansons. Tellement reconnaissable d'ailleurs qu'il faut à l'auditeur plusieurs écoutes pour les distinguer les unes des autres. Au contraire de certains groupes qui s'éparpillent dans toutes les directions, Divine Ascension reste désespérément fidèle à lui-même, et ses compositions trop épiques, presque un peu brouillon à force d'être saturées... Erreur de débutant ? Cela reste à voir.


Malgré ce côté uniforme et ce « manque d'air » présent dans les compositions, As The Truth Appears reste un premier essai réussi, à la fois banal mais possédant quand même quelques uns de ces petits éclats qui font la différence. Pour ma part, j'ai hâte de les entendre en concert, puis sur un nouvel album. Aux membres du groupe : bien joué et bonne continuation !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4