492

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Kristoffer Göbel
(chant)

-Stefan Weinerhall
(guitare)

-Jimmy Hedlund
(guitare)

-Magnus Linhardt
(basse)

-Karsten Larsson
(batterie)

TRACKLIST

1)Emotional Skies
2)Purgatory Time
3)I Refuse
4)Humanity Overdose
5)The Assailant
6)Power
7)No Tears For Strangers
8)The Return
9)Jack The Knife
10)Child Of The Wild

DISCOGRAPHIE


Falconer - Grime Vs. Grandeur
(2005) - speed metal - Label : Metal Blade Records



Voici nos voisins teutons qui nous abreuvent d’un nouveau disque. Original n’est-il pas? Bon, ils font quoi? Du true metal ou du heavy? Que nenni! Du speed des familles avec tous les roulements de double grosse caisse comme il faut, les refrains hauts perchés et les riffs avalés à fond la caisse. Bon, ce n’est pas plus original que ça je vous l’accorde, mais au moins ça a le mérite de ne pas être une énième copie de copie d’un groupe de heavy. Et puis d’abord ils ont une pochette très sympa et rien que pour ça ils s’attirent un capital sympathie. Falconer pour son quatrième album mérite donc un peu de considération.

Bon, si on va plus loin que les bêtes apparences, on se retrouve où? Face à des riffs typiques du genre et la batterie qui va avec et donc moult roulements de double grosse caisse, speed oblige. S’arrêter ici serait bien sévère avec le groupe puisqu’il faut reconnaître à sa tambouille de se tasser avec justesse pour donner un enchevêtrement de mélodies qui tient la route. En fait, Falconer c’est le riff tranquillement mélodique, ok, mais surtout un chant ultra mélodique qui assure bien et des refrains à vous faire scander un stade. Honnêtement, c’est l’impression que donne le groupe avec ses multiples appels à la chose. D’un autre côté, il aurait bien tort de s’en priver puisqu’il est doué dans l’exercice. Point utile d’attendre pour s’en rendre compte puisque l’ouvreuse "Emotional Skies" en donne un magnifique exemple. Le groupe sait même intégrer du chant féminin dans ses refrains pour les réhausser ("Purgatory Time").

Derrière cette caractéristique première qui saute aux oreilles, on se ballade de riffs en soli avec quelque brio. Rien de bien transcendant mais leur mélodieux facile saura ne pas égratigner vos délicats tympans. Falconer ne prend pas beaucoup de risque de ce côté là. C’est efficace et ça va droit au but. Pas besoin de s’enquiller l’album un milliard de fois pour en capter la teneur. On comprend rapidement les tenants et aboutissants du disque. Et puis pour ne pas être vache, il faut reconnaître que les soli arrivent à atteindre un bon niveau. Par exemple sur "Purgatory Time" où l'on se prend un déluge de notes aguicheuses dans la face. Ca fait toujours du bien par où ça passe. Néanmoins, le côté systématique des soli donne cette vilaine impression de mécanique coercitive à laquelle le groupe s’astreint.

Des refrains qui pètent, des guitares qui assurent sans génie, il reste la basse (inaudible donc ciao bye bye) et les claviers. Ces derniers se font rares et comme leurs apparitions sont honnêtes mais pas mémorables, il n’y a pas grand chose à en dire. On dirait qu’ils sont là histoire d’avoir un claviériste. Puisqu’on s’approche de la fin, repiquons sur la batterie qui s’acquitte de son rôle sans histoire. Mais vraiment sans. Pas de folles cavalcades ou de breaks de folie. Non, un "tac tac tac tac" ou "poum tchak" et rien de plus. Petite originalité dans la musique de Falconer tout de même: l’apparition d’un chant death blackisant sur "Child Of The Wild". Ca surprend pas mal au milieu de cet ensemble tout gentil. Un bon point donc.


Pour conclure, voilà un album solide qui fait la part belle aux mélodies et surtout à un chant qui est réellement la star de l’album. Le chanteur est très bon et les refrains sont excellents, surtout ceux chantés en chœur. Et qué ça donne? Ca donne un album de speed qui ne fera pas aimer le speed à ses détracteurs mais qui a de quoi ravir les amateurs. Les curieux pourront toujours jeter une oreille, mais il ne faut tout de même pas en attendre des merveilles.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1