4918

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 27 novembre 2011
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Marcus Dietzsch
(chant)

-Kai Siedel
(guitare)

-Simeon Keller
(guitare)

-Hendrik Wetzel
(basse)

-Danny Vanis
(batterie)

TRACKLIST

1)Inception
2)Blinded
3)Broken Home
4)Till The End
5)Outcast
6)Abused

7)Perception
8)Welcome to The Abyss
9)Addicted
10)Between Angel and Beast
11)Revenge and Murder
12)Clarity of Mind

DISCOGRAPHIE


Dying Humanity - Living On The Razor's Edge
(2011) - death metal - Label : Bastardized Recordings



Du bon death métal allemand ça vous dit ? C’est exactement ce que j’ai à vous proposer avec ce disque bien viril. Dying Humanity (ça sent l’optimisme à plein nez avec un nom pareil) nous offre son troisième full-length en six ans d’existence. Pas excessivement connus (et donc reconnus), ils sont néanmoins bien implantés dans la scène death et ont tourné en autre avec Vader, Necrophagist ou encore Destruction.
 
Trente minutes, les Germaniques ne sont pas réputés pour plaisanter. C’est du carré, de l’efficace et ça va droit à l’essentiel. Et pourtant, qui s’attendrait à une intro toute calme avant de rentrer dans le vif du sujet ? C’est bel et bien le propos de cette première piste. Elle est suivie de "Blinded", un morceau court mais ultra efficace, qui laisse déjà présager du très bon. La structure est simple mais tous les éléments sont présents : rythme bien lourd et véloce avec une double grosse caisse qui assène quand nécessaire (c’est-à-dire la plupart du temps) ses coups. Et dès ce moment on est subjugué par la puissance du chant qui lorgne autant du côté death très caverneux que du côté harsh bien virulent limite black. Mais que se passe-t-il, mon lecteur dévisse complètement ou quoi ? La fin se termine par une phrase acoustique complètement inattendue. Ce groupe est vraiment surprenant avec ses incursions atmosphériques.
"Till The End" est un titre davantage mélodique, qui se rapproche ainsi du mélodeath. Beaucoup de lead se font entendre et le tempo ralentit par moment notamment sur le refrain. Le morceau suivant est une tuerie pure et simple avec ses rythmes galopants menés notamment par une basse bien présente. Comme quoi cet instrument n’est vraiment pas à négliger, même dans le death, il a beaucoup à apporter. L’alternance des chants extrêmes continue d’être très efficace et Marcus Dietzsch impressionne vraiment. Un solo vient ponctuer le morceau de manière élégante. Et ça n’arrête pas, "Abused" prend la relève et ne donne qu’une envie : s’agiter dans toutes les dimensions de l’espace. Jusqu’à encore une fois un break acoustique, suivi par des lead harmonisés puis par un solo, et là encore on peut entendre une descente hallucinante de guitare doublée par la basse. "Perception" marque une réelle pause, ce titre interlude étant très calme. 
On commence à le comprendre, être un pur deatheux n’empêche pas d’aimer la finesse à base de guitares sèches, c’est prouvé ici-même à maintes reprises. Ca repart pied au plancher avec une batterie en solo bien rageuse sur "Welcome To The Abyss". Le son de la batterie est d’ailleurs bien organique et donne un côté farouche à cette double grosse caisse et à toutes les autres attaques. Encore un titre solide, et ça ne va pas débander jusqu’à la fin. L’ultime piste, parlons-en. Longue de plus de sept minutes, elle permet de juger les qualités de composition sur un morceau plus long. Et ils s’en sortent plutôt bien, malgré un thème principal, on a plusieurs rythmes, des breaks, des solos avec pour finir une outro à l’image du début de l’album, bref ça passe tout seul. Ce titre résume en définitif très bien les qualités du combo. C’est décidément un effort sans faute, et pour ne rien gâcher la production sert parfaitement le propos.

 
Les Allemands ne sont pas seulement réputés pour leurs berlines, non ils savent également nous sortir de la très bonne musique. En l’occurrence, on a entre les mains du death technique, mélodique et surtout tellement jouissif. Le seul reproche que l’on peut émettre à l'encontre de cet album est qu'il s'engloutit à une vitesse hallucinante, en une demi-heure c’est plié. Ce disque a également des vertus thérapeutiques : après une journée de taf, ça détend de toutes les tensions accumulées, testé et approuvé ! Que demander de plus, foncez sans plus attendre découvrir ce groupe !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7