4915

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 15 novembre 2011
Sa note : 16.5/20

LINE UP

- Joffrey
(chant)

- Bruce
(guitare+chœurs)

- Valentin
(basse+ chœurs)

- Willy
(guitare)

- Rudy
(batterie)

TRACKLIST

1)Jail of Silence
2)Shame on your hands

3)Never Again
4)Who I am
5)In your face
6)No second chance
7)Simply by yourself
8)Your choice
9)Legacy of pain
10)The world you dream of

DISCOGRAPHIE


Explicit Silence - Face Your Demons
(2011) - hardcore métal virulent - Label : Autoproduction



Décidément ces temps-ci, je ne fais QUE parler hardcore. En même temps c'est bien, ça manque parfois un peu sur ce merveilleux webzine je trouve. Et donc après des légendes (Earth Crisis), des crusties bourrés de talent (Unkind), on va aujourd'hui d'un groupe d'ici, YES. Explicit Silence, gros méchant combo hardcore though guy qui ne déconne absolument pas, présente ici son deuxième assaut, Face Your Demons. Et alors comme ça on fait du hardcore à Saint-Lô donc ? Ouais mon gars, et du BON en plus.

Vous l'aurez donc bien saisi, les (bas) Normands officient dans la veine brutale du hardcore, tournée vers le métal mais pas trop, les codes classiques du genre ici poussés à l'extrême aussi bien en terme de vitesse d'éxécution que de lourdeur et de hargne déployée se suffisant amplement à eux-même. Impossible, évidemment, de ne pas penser à Hatebreed (notamment dans les intonation de Joffrey, qui ne sont pas sans rappeler le monstrueux M. Jasta), Cataract, Arma Gathas voire à des trucs résolument plus violents comme Agenda Of Swine (en moins bourrin, tout de même, quoiqu'à l'écoute de "Never Again" ou de "Shame On Your Hands" …). Et le truc le plus fou, c'est qu'à aucun moment dans cet album, les Normands n'ont à rougir de la comparaison avec les groupes précités. Sur le fond, pas besoin d'avoir un fait une spé « hardcore vindicatif » après son master « métôl » (si seulement ça existait...) pour capter que le groupe a de la bouteille, du talent et de la hargne à revendre (malgré presque 13 ans d'existence, respect !). Les riffs claquent dur, la batterie est au fond du temps et bastonne sévère, la basse couvre tout ça comme il faut et le hurleur, soutenu par ses acolytes aux chœurs, offre une prestation digne des plus grands en termes d'énergie déployée et de rage balancée à la face de l'auditeur conquis (ou terrifié, c'est selon son degré de « lopetterie »).
Sur la forme, il serait assez facile de taper sur la prod' de ce Face Your Demons, car celle-ci est un peu brute de décoffrage, notamment sur les séquences où le groupe envoie véritablement la purée ("Never Again" ; "Jail Of Silence") où il est parfois un peu compliqué d'entendre tout ce qui se passe. Les guitares n'ont pas, elles n'ont plus, un son flamboyant, mais ALLO, il s'agit d'une autoprod' !  Et pour une autoprod', le moins que l'on puisse dire c'est que ce son se défend tout à fait bien et s'en tire avec les honneurs. La puissance est au rendez-vous, l'ensemble n'est pas trop bordélique, c'est bien là l'essentiel. Mais pas tellement, parce que l'essentiel, chez Explicit Silence, est ailleurs : le truc, c'est que ces mecs sentent, transpirent, suintent même, le VRAI esprit hardcore à-plein-nez. Les titres des chansons rappellent sans arrêt cet état d'esprit DIY, axé sur l'honneur et autres sujets hautement sérieux sur lesquels il ne vaut pas mieux titiller les vrais coreux, de même que la quasi totalité des lyrics ("Simply By Yourself", "Your Choice"). Bref, ça balance, ça revendique, et l'intégrité des mecs est belle à voir. Ça aussi, ça se respecte, même si on est tout à fait en droit de trouver ça un poil trop dogmatique. Musicalement, que dire de plus ? Les mecs sont bons, c'est indéniable, mais ils n'inventent absolument rien, c'est tout aussi inattaquable.
Certes, cet album est bourré de morceaux de bravoure, de refrains le poing en l'air qui arrachent tout sur leur passage ("In Your Face", "Your Choice"), de moshpart fabuleuses qui causeront des massacres en concert (le HELLFEST, les mecs ! Be there !) comme sur "Simply Yourself" ou l'énorme "In Your Face ", et plus généralement de très bons morceaux qu'on pourrait sans peine qualifier de « hardcore deluxe » (mais alors vraiment de luxe hein, en claire opposition à la fameuse « bière deluxe », le plus souvent TOUT sauf luxueuse), mais tout de même, quel classicisme !  C'est un peu rageant quand on voit le talent et le métier déployés. Les limites du groupe sont peut-être donc dans ses forces les plus vives : intégrité, refus de sortir de sa ligne de conduite et donc des codes assez typiques du hardcore (et du hardcore métal, mais on parle là d'un sous-genre tout de même hyper proche de son géniteur, et extrêmement codifié lui aussi). Bref Explicit Silence taille sa route et ne laisse que peu de place à l'expérimentation. Ça passe très bien parce que cet album est juste une machine à riffs de tueurs, avec une ambiance sombre et hargneuse à souhait (on est tout de même dans la frange bien lourde et agressive du genre, comme cela a été dit), et cela le sauve de son très grand classicisme, mais tout groupe moins talentueux aurait juste sorti un album passable. Pas Explicit, qui s'en sort brillamment avec un album dont il est difficile de se lasser et qu'il serait BIEN dommage de ne pas voir joué live. 


Bref, un très, très bon album de pur hardcore métal bien virulent, qui ne laissera AUCUN fan du genre indifférent. De la puissance, du groove, une sincérité palpable, Explicit Silence, c'est le haut du panier du français clairement, tout comme le sont déjà les inévitables Kickback par exemple. On a même pas envie de leur demander un peu plus d'identité et d'originalité dans leur son et dans leur style, tant ils maitrisent ce qu'ils pratiquent à la perfection. Une grosse claque dans la face, assurément. Coco-fuckin'-rico, soutenez-les.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1