4906

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 12 novembre 2011
Sa note : 7/20

LINE UP

-Samej
(chant)

-Marcelo Nechron
(guitare)

-Shammash
(guitare)

-Hamon
(batterie)

TRACKLIST

1)Lost Path to Ma-Noa
2)
Akakor
3)
Enter the Halls...
4)
The Shrines of Ibez
5)5)
Like an Ode Forged in Immemorial Eras
6)Fallen Race
7)7)
Immemorial

DISCOGRAPHIE

Immemorial (2011)

(2011) - doom metal - Label : Cyclone Empire



Pour être tout à fait honnête, je n'avais jamais entendu parler du groupe Mythological Cold Towers qui nous arrive directement du Brésil. Pourtant, ça fait une bonne dizaine d'années que le groupe est là, et c'est un quatrième album qui sort en 2011. Dans un genre doom/death, et 6 ans après le précédent brûlot, la nouvelle livraison devrait permettre au groupe de sortir de l'anonymat … s'il était moins médiocre.

Mythological Cold Towers est un groupe plutôt audacieux et qui sait prendre des risques, ce que l'on aimera tout de suite. Même si le genre semble ne pas s'y prêter, le combo décide de se vêtir d'atmosphères guerrières et assez épiques. Par un tel procédé, les Sud-Américains tentent de percer avec une certaine originalité, car reconnaissons que ce n'est pas banal dans le genre d'avoir de telles ambiances. Si on apprécie ce point, on en aimera moins d'autres, malheureusement. Cette recherche est à double tranchant, et ne permet pas d'apprécier l’œuvre. On croirait presque que les brésiliens ont voulus se ''forcer'' à se ranger dans un moule qui ne leur convenait pas …
C'est bien simple, le côté martial ne convient pas au doom délivré. On est dans la rapidité mais pas assez, et il manque cet aspect poignant du doom si caractéristique par la lenteur et la lourdeur des instruments dans des compositions sombres. Le cul entre deux chaises, Mythological Cold Towers est embourbé dans sa propre incapacité à combler les vides et à réaliser un brûlot à la fois original et intéressant. On reconnaîtra qu'un certain travail est effectué, mais à quoi bon le détruite de la sorte à chaque fois ? Pourtant, les ingrédients auraient pu être trouvés, d'autant plus que le chant, par exemple, est loin d'être mauvais, la production non plus. Mais la musique n'est pas capable de suivre.
Qu'est-ce que ça donne ? Une bonne dose d'ennui, tout simplement. Rien ne se laisse appréhender, tout n'est qu’enchaînement de mauvaises surprises saupoudré de bâillements. Même si les ambiances, parfois très inspirées Summoning, ne sont pas mauvaises, elles ne suffisent pas à faire tenir debout un opus qui manque d'âme. Le pire, c'est que les riffs, les compositions, tout semble tellement répétitif ! C'est comme si tout s'étirait à l'infini, que l'on entendait les mêmes sonorités tout le temps … De quoi instaurer une belle lassitude. On sauvera quand même le titre final, l'éponyme ''Immemorial'' à l'approche funeral doom qui, lui, est de qualité, bien plus réussi et ancré dans quelque chose de plus concret.


Quel dommage de voir un tel potentiel ruiné de la sorte. Il est certain que le combo sud-américain a des choses à nous dire et veut sortir la tête de l'eau. Leur personnalité est plutôt affirmée, mais à double-tranchant car elle fait perdre authenticité et charme à un Immemorial bien trop plat et linéaire pour captiver les amateurs du genre. Une copie presque entièrement à revoir, sauf pour le clavier.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6