4902

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 14 novembre 2011
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Jürgen Dachl
(chant)

-Thoni Lini
(guitare)

-Roland Zehrer
(basse)

-Stefan Fesser
(batterie)

TRACKLIST

1)Ruins of Mankind
2)Fading To Grey
3)Blood Red Sky
4)Judgement Day
5)Creatures
6)Slave
7)Out of Time
8)Defender
9)In Vain
10)The Mirror
11)Never Surrender

DISCOGRAPHIE


Diabolos Dust - Ruins of Mankind
(2011) - thrash metal - Label : Massacre Records



Bien que le thrash soit originaire d’outre Atlantique, ça n’empêche pas que des formations européennes s’y essayent. C’est le cas de Diabolos Dust, un groupe teuton relativement jeune originaire de Bayern. Et pour une fois, ils ne font pas que copier/coller la recette initiée par les grands noms du genre, non c’est même différent.
 
Enfin restons raisonnables, ça ne va pas révolutionner le genre. Mais au fait de quelle évolution s’agit-il ? Inutile de faire durer davantage le suspense, elle concerne l’adjonction d’éléments empruntés au mélodeath. Effectivement, un groupe allemand de thrash aux influences mélodeath c’est loin d’être classique. L’opener "Ruins Of Mankind" est plutôt efficace dans son rôle, ça sonne thrash bien classique pour le coup. Quoique, un break bien mené vient enrichir de façon notable ce titre éponyme : à la reprise après le break, instinctivement, on est pris d’un mouvement de nuque assez violent, l’effet est garanti. "Fading To Grey" est également très efficace, les nombreuses harmoniques artificielles donnent un côté extrême, le tempo a par contre bien ralenti mais le riff demeure toujours convaincant. Le solo quant à lui est typique du genre. Le titre suivant, "Blood Red Sky" a clairement des influences mélodeath, le sentiment est en plus renforcé par une voix frôlant le death dans les couplets. Un mélange inattendu mais qui en l’occurrence fonctionne plutôt bien.
"Creatures" est très lourd avec son tempo plombant et pêche du coup à cause de certaines longueurs. Première baisse de régime mais on se rassure, ça ne va pas durer. "Slave" remet effectivement un bon coup de collier et file une de ces pêches ! L’intro "Out of Time" fait un peu ovni parmi les autres pistes. Elle débute sous forme de fausse ballade pour terminer de façon rageuse. C’est également le morceau le plus long, qui offre quelques variations intéressantes et bienvenues. Le disque finira en trombe avec trois titres excellents. "In Vain" est pourvu d’un solide riff qui vous donnera indéniablement l’envie de vous agiter. Le morceau de clôture "Never Surrender" est l’une des tueries ici présentes, avec un refrain ravageur et un solo relativement bien épic. La production est un peu brute de décoffrage mais elle colle pas trop mal au genre. On peut citer le chant de Jürgen Dachl qui est particulièrement puissant. Les guitares ont quant à elles un son assez extrême, effet procuré notamment par les nombreuses harmoniques présentes. La section rythmique est solide et joue bien son rôle. En bref, c’est un album bien équilibré autant niveau composition qu’interprétation et son.

 
Au final c’est une très bonne surprise, ce disque est loin d’être ridicule et nous donne l’occasion d’écouter du thrash tout à fait honnête avec quelques influences mélodeath. Et puis vous savez quoi ? Au diable les classifications de genres, si vous voulez simplement écouter de la bonne musique efficace et qui donne la pêche, penchez-vous sérieusement sur ce groupe qui je suis sûr est inconnu pour un grand nombre d’entre vous. Allez, c’est le moment de faire une belle découverte !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5