4848

CHRONIQUE PAR ...

90
Seth
Cette chronique a été mise en ligne le 06 octobre 2011
Sa note : 15/20

LINE UP

-Matthias "Mat Sinner" Lasch
(chant+basse)

-Henny Wolter
(guitare)

-Christof Leim
(guitare)

-Klaus Sperling
(batterie)

TRACKLIST

1)The One You Left Behind
2)Back on Trail
3)Give & Take
4)One Bullet Left
5)10 2 Death
6)Haunted

7)Atomic Playboys
8)Suicide Mission
9)Wake Me When I'm Sober
10)Mind Over Matter
11)Mend To Be Broken
12)Rolling Away

DISCOGRAPHIE


Sinner - One Bullet Left
(2011) - heavy metal - Label : AFM Records



Sinner est le groupe né il y a près de trente maintenant (le premier Sinner étant sorti en 1982 !) de l’esprit de Mat Sinner, le bassiste de Primal Fear. Et malgré cet emploi du temps nécessairement chargé, Mat arrive à alimenter la discographie de Sinner assez régulièrement. Oui, car c’est un bosseur, Mat Sinner. Le précédent opus, Crash and Burn, datait de 2008, et c’est One Bullet Left qui lui succède en cette fin de 2011.

Et c’est une explosion, une balle dans la tempe que vous vous prendrez d’entrée. Littéralement. Avant que les choses sérieuses ne commencent, et que le heavy metal germanique commence à taper furieusement au plus profond de vos entrailles jusqu’à vous faire hurler, headbanguer et faire du Air Guitar. Il y a quelque chose d’éternellement plaisant et satisfaisant dans le son de Sinner, difficile à dire si c’est la guitare, la batterie jouissive ou la grosse voix de Mat, très crédible en frontman de heavy teuton, qui envoie du lourd dès qu’il ouvre la bouche. La musicalité par ailleurs est totalement en adéquation avec son timbre rock n' roll, et sa voix que l’on pourra qualifier de « grasse », forte et efficace, absolument parfaite pour le type de heavy que réalise Sinner, burné, puissant et qui sait toutefois rester mélodique dans la menée de ses refrains.
Les chansons en elles-mêmes impressionnent par leur qualité certes, mais par le fait appréciable qu’on puisse toute relativement bien les différencier, car chacune possède son truc, son ambiance à elle. C’est ce genre de détail qui permet aussi de différencier un album sympathique d’un vrai bon album. La chanson éponyme de l’album par exemple, "One Bullet Left", est un véritable hymne rock n' roll, facile à reprendre et que l’on imagine facilement en live au Wacken par exemple. "10 2 Death", morceau extrêmement bien rythmé et plutôt court, est quant à lui un concentré d’énergies plutôt typées hard rock, avec des tonalités de hard / heavy remuant très plaisantes. "Wake Me When I’m Sober" marque également l’esprit, car outre l’humour que l’on peut noter d’entrée par le titre, il s’agit d’un excellent morceau, à la fois brutalement heavy et étonnamment mélodique. D’autre part, notons la ballade "Haunted", qui en toute humilité se révèle être une excellente chanson, avec une ambiance suffisamment profonde pour en devenir intéressante.
Sur cet album complet, plaisant et diversifié figure par ailleurs une reprise d’un titre depuis devenu culte, "Atomic Playboys" de Steve Stevens, provenant du répertoire solo du génial guitariste. Cette version heavy du classique des années 80 est plutôt sympathique, mais on regrettera cependant l’esprit hard rock, plus fou et moins sérieux, et qui sonnait tellement 80’s de la version originale, dotée par ailleurs de la superbe voix du vocaliste Parramore McCarty. D’autre part, l’auditeur pourra à loisir constater encore une fois que Mat Sinner est un grand fan de Thin Lizzy, le légendaire groupe de rock irlandais, et qu’il ne s’en cache pas, loin de là, allant jusqu’à composer des chansons qui auraient pu figurer sans problème sur les albums de la mythique formation menée par Phil Lynnott, comme "Back on Trail", dans laquelle la similitude crève les yeux, ainsi que "Mend to Be Broken" à moindre échelle.


Mat prouve encore une fois que s’il a plusieurs dizaines d’années de carrière derrière lui, ce n’est pas pour rien. C’est en effet avec grand talent et sérieux qu’il gère Sinner, et il le prouve encore une fois avec ce dix-septième album de qualité. Cet album est, comme a toujours été Sinner, du heavy pur, intègre et typiquement germanique, et dont ressort un plaisir sans détour. Ces gars-là savent faire du rock n' roll et ils le font bien.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4