4841

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 03 octobre 2011
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hoest
(tout)

+guests

TRACKLIST

1) Fra Vadested til Vaandesmed
2) Orkan
3) Nordbundet
4) Du ville ville Vestland
5) Myr
6) Helvetesmakt
7) Dei vil alltid klaga og kyta

DISCOGRAPHIE

Nattestid... (1999)
... Bjoergvin... (2002)
... Doedskvad (2005)
Taake (2008)
Noregs Vaapen (2011)

Taake - Noregs Vaapen



Taake est symptomatique de l’entité duale schizophrène ne sachant pas où naviguer entre les dires provocants de son leader et la réalité des faits de sa musique. S’étant auto-promulgué maître de foi black metal de Norvège par le très modeste qualificatif de TNBM (True Norwegian Black Metal) et accumulant les photos souvent très crues, Taake n’en reste pas moins capable de jolies mélodies, d’apparitions d’instruments hirsutes et de rythme très très proches de la dance. Mais ça reste ultra true ... allez comprendre.

Ce Noregs Vaapen n’est pas parti pour changer la donne. La mainmise de Hoest sur quasiment tout, chant et instruments à part quelques invités, n’autorise pas à la tromperie : c’est Taake. "Fra Vadested til Vaandesmed" ne trompe d’ailleurs pas en ouvrant les portes par une régalade typiquement taakienne. Car oui, l’adjectif taakien est désormais entré dans le dictionnaire et il y est fermement ancré. Le style du groupe (de Hoest) se reconnaît entre mille avec ses rifs froids, mélancoliques et mélodiques tout en étant bardés de true attitude. Pourtant, dans cette même chanson, Hoest envoie du mellotron dans un axe terriblement mélancolique et d’une beauté confondante en corollaire. 1 seule chansons seulement avons-nous plongé dans l’album, et voilà tout ce que Taake est résumé en 5 minutes. Du bon travail qui a le mérite de faciliter la vie du chroniqueur de passage.

La suite s’enchaîne naturellement, toujours viscéralement vissé dans cette optique de musique pour true aimant néanmoins les mélodies et les apparitions abracadabrantesques. Car sans celles-ci, nous ne serions pas ici en train de parler de musique taakienne, qui loin des tachyons inexistants est elle bien réelle. En preuve, le beat technoïde de Nordbundet couplé à cette production droite dans les clous true, bien que suffisamment vivante pour ne pas sombrer dans le n’importe quoi. Leur association avec les blasts toujours (bien) présents impose la patte de Hoest à nos tympans et conserve le caractère unique du groupe. Pourtant, et c’était déjà présent sur Taake l’album, on s’autorise à penser que les compositions ne sont plus aussi formidables que lors de la trilogie originelle Nattestid ... Bjoergvin ... Doedskvad brûlot intemporel de black intransigeant, nihiliste et original.

Maintenant, Taake c’est plutôt une institution qui abreuve en black, en bizarreries, en soli et en riffs heavy ultra mélodiques (le break en arpège aérien de "Du ville ville Vestland") quand ça lui chante. Une institution, c’est bel et bien le terme. Taake est sorti de sa sphère privée pour devenir un bien public envers lequel le public a une certaine attente, attente qu’il se fait une joie de combler. Alors ne vous méprenez pas, Hoest n’est pas encore une pute vendue, il fait bien ce qu’il veut et il est impossible de qualifier la musique de Noregs Vaapen d’accessible, mais on sent que c’est un business bien huilé malgré tout. Reste que tout business qu’il est, ce disque est agréable et même s’il ne surprend que par ses passages les plus tarabiscotés, jetez donc une oreille au solo de banjo de "Myr", proche du capilotractage, il propose une expérience différente, et on l’en remercie.

Déçu ? Non. Mais Hoest fait tourner son fond de commerce a priori, la liste des invités tendrait à en attester, et ce sentiment donne un goût un peu amer. Globalement cependant, on prend son pied avec ce black mélodique teinté d’originalités, toutefois en-deçà des grandes périodes de gloire du groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6