4837

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 03 octobre 2011
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Manne Ikonen 
(chant+guitare)
 
-Wille Naukkarinen 
(guitare)
 
-Tomi Kiviniemi 
(guitare)
 
-Janne Julin 
(basse)
 
-Aleksi Munter 
(claviers)
 
-Veli-Matti Suihkone 
(batterie)

TRACKLIST

1)In The Woods
2)Clawmaster
3)Chamber
4)
Traces of Liberty
5)
Divine Act of Lunacy
6)
Grain
7)
Breakwater
8)
Cult of Decay
9)
Torn
10)Soulcarvers

DISCOGRAPHIE


Ghost Brigade - Until Fear No Longer Defines Us



« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits
»
(Charles Baudelaire, "Spleen")


Quelle plus belle citation pour décrire la musique des Finlandais de Ghost Brigade ? Après un Isolation Songs sorti en 2009 très bien accueilli par la critique, le combo s'est rapidement fait un nom dans le milieu « dark metal ». Ce troisième album voit le groupe poursuivre son bonhomme de chemin dans son sludge atmosphérique aux relents gothiques tout en adoucissant le ton par rapport à son prédécesseur.  Les références se font aussi plus évidentes: on devine facilement Paradise Lost, Katatonia, Amorphis ou encore Swallow The Sun. La liste ne se veut pas exhaustive, mais force est de constater que la playlist « chansons dépressives pour l'hiver » est déjà bien remplie. Ghost Brigade saura-t-il tirer son épingle du jeu ? 

Difficile de répondre de prime abord tant le groupe est dans la pure tradition de ses congénères. La musique est belle et triste, le style clair/obscur exploité avec brio, mais tout cela manque un peu de surprise. Cependant, la force de ce Until Fear No Longer Defines Us se dévoile au fur et à mesure des écoutes. Un vicieux attachement s'empare alors rapidement de vous, une fois l'album lancé il est difficile de s'en détacher et une fois laissé quelques jours de côté, il vous rappelle immédiatement à l'ordre. « Agréable » (au sens noble du terme!), voilà l'adjectif qui conviendrait le mieux à la galette : nul besoin d'être concentré sur la musique, le charme opère immédiatement et s'amplifie au fil du temps. 

Au niveau de la structure des morceaux, le groupe prend le pari d'alterner méthodiquement chaque morceau violent par un morceau calme. Ambition risquée, car le résultat peut facilement provoquer la lassitude. Encore une fois, la magie des Finlandais nous fait passer la pilule sans mal. Au niveau technique, Manne Ikonen est convainquant sur tous les domaines tant dans son growl caverneux qu'en chant clair sur les refrains les plus légers. Les points forts se trouvent cependant en majorité sur la facette la plus brutale. "Clawmaster", "Traces Of Liberty", "Breakwater" ou "Torn" brillent par leur rage emplie de spleen, dans ce style pachydermique et dépressif propre au combo finlandais. Les parties calmes peuvent sembler plus communes mais méritent néanmoins qu'on s'y attarde. 

En particulier, les power-ballades "Chamber", "Grain" et "Soulcarvers" font partis des trouvailles de l'album. Dotées de refrains entêtants emplis de lyrisme, elles parviennent à faire un peu sortir le groupe des sentiers battus. Des nouveautés, il y en a d'autres comme "In The Woods" qui pose d'entrée de jeu un rock mélancolique d'inspiration Alice In Chains très épuré et assez déroutant avant que "Clawmaster" n'ouvre réellement les hostilités. Passons enfin aux morceaux plus décevants qui  provoqueront rapidement l'ennui comme "Divine Act Of Lunacy" au riff trop répétitif ou "Cult Of Decay" qui plagie un peu facilement Amorphis. Ce sont les deux seuls moments où l'atmosphère lancinante s'avère contre-productive, l'écueil étant par ailleurs intelligemment négocié. 

Les premières écoutes peuvent s'avérer trompeuses et provoquer un relatif ennui. Ghost Brigade livre ici une véritable introspection à la fois touchante et captivante, un peu trop contemplative diront certains, mais rapidement addictive pour celui qui parvient à s'y immerger. Voici un bien beau voyage que vous propose le quintet, à la fois envoutant, poétique et mélancolique. L'occasion de s'évader et de rêver pendant une heure, jusqu'à ce que la peur ne nous définisse plus…



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2