4805

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 18 septembre 2011
Sa note : 15/20

LINE UP

-Sonja Kraushofer
(chant)

-Ashley Dayour
(guitare)

-Martin Höfert
(violoncelle)

-Franz Heinrich Lirsch
(basse)

-Wolfgang Luckner
(batterie)

TRACKLIST

1)Burn, Sister
2)Rotten World
3)The Odd One Out
4)I Remember
5)From Time to Time
6)Praise the Fallen
7)Reason to Live
8)Secret Lover
9)Fast Lane
10)About a Girl
11)Dead End

DISCOGRAPHIE


Coma Divine - Dead End Circle
(2011) - doom metal - Label : SPV



Imaginez une voix tellement expressive et magistrale qu'on la dirait sortie d'un théâtre, que dis-je, d'un opéra. Imaginez des guitares lourdes et ravageuses. Imaginez un son distordu, une ambiance speed et malsaine à souhait. Imaginez un violoncelle presque invisible... jusqu'au moment où il s'introduit dans une chanson de la manière la plus imprévisible. Rajoutez une section rythmique plus qu'efficace et vous obtiendrez le son de Coma Divine : une merveilleuse cacophonie.

Dead End Circle est le premier album de Coma Divine, groupe mené par l'écarlate Sonja Kraushofer (L'Âme Immortelle). Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ledit album en jette, et ce dès les premières mesures de "Burn, Sister". En effet, (presque toutes) les compositions de Dead End Circle dégagent une formidable dose d'énergie punkoïde et très méchante. Seules deux ballades intervenant en milieu d'album viendront apaiser un tant soit peu les oreilles de l'auditeur. Ce n'est sans doute qu'une affaire de goût, mais je préfère (peut-être à cause de ses paroles simples mais vraiment efficaces ) "Reason to Live" à "Praise the Fallen". Reste à savoir si placer les deux ballades à la suite est un choix judicieux dans le track-listing de Dead End Circle.

Et à part ces ballades, me direz-vous ? Hé bien, le reste sont des tracks dures et puissantes, aussi agressives que jouissives. Surfant entre un côté extrêmement varié et brutal (à la limite du progressif) et un côté mélodique et presque catchy (comme sur "Secret Lover"), Coma Divine peine parfois à y trouver son juste milieu : "I Remember" et "About a Girl" ne sont ni particulièrement beaux ni particulièrement géniaux. Heureusement des titres comme "Rotten World" et son ambiance mélodramatique ou encore le très bluesy "The Odd One Out" viennent relever le niveau.

Mais malgré ces perles, Dead End Circle possède un défaut majeur : Il lasse. Malgré ses ballades, malgré sa variété de rythmes et d'ambiances, malgré les petites surprises placées le long des tracks (le passage en majeur de "From Time to Time", simplement épatant), il est difficile de l'écouter d'une traite sans que sa musique ait tendance à se fondre dans le décor. Étrange paradoxe pour des chansons qui - séparément - passent à merveille... c'est là la principale faille de Dead End Circle. Pour y remédier, il suffit d'écouter les chansons séparément. Mais ce défaut se doit d'être corrigé pour le prochain opus.


Que l'on ne s'y trompe pas - Dead End Circle est un très bon album. Si je n'ai peut-être pas donné l'impression de l'apprécier, c'est que je ne suis pas habituée à un metal aussi théâtral et dénué de concessions. Il faut l'admettre, Coma Divine ont frappé très fort et je ne saurai que vous conseiller de vous procurer cette galette d'urgence. Pour ma part, j'aurai sans doute fini de la digérer lorsque le deuxième album sortira ...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1