4763

CHRONIQUE PAR ...

81
Oni²
Cette chronique a été mise en ligne le 25 août 2011
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Phil
(chant)

-Devin
(guitare)

-Juan
(guitare)

-Tini
(basse)

-Tim
(batterie)

TRACKLIST

1)Raze the Curtain
2)Bugging for Mercy
3)Infinite Family
4)Damn (You’re Dead Again)
5)Maculate Conception
6)Coulrophobia
7)Circus Coccus Spirilly
8)Magic Malignancy
9)Feed the Lions
10)Cure the Obscure
11)Holy Slapstick

DISCOGRAPHIE


Hackneyed - Carnival Cadavre
(2011) - death metal - Label : Lifeforce Records



Hackneyed est une formation allemande constituée de très jeunes death metalleux. C’est comme ça qu’ils se sont fait remarquer et ont été amenés à signer très vite chez Nuclear Blast. Ils ont depuis partagé la scène avec des pointures comme Morbid Angel, Nile et Kataklysm avant de passer chez Lifeforce pour ce troisième album (et oui déjà). On pourrait espérer qu’ils se démarquent des milliers de groupes à djeunz pondus à la chaîne, après tout Decapitated ont commencé très tôt eux aussi et ce sont désormais des valeurs sûres.

Sauf que non.  La comparaison avec les talentueux polonais s’arrête là. Carnival Cadavre ennuie, mais d’une force … Un death metal générique, chiantissime, sans un soupçon d’inspiration (y a juste “Maculate Conception” qui sort du lot car il introduit un élément jusque là absent : un solo de guitare). Le mid-tempo est très prisé par ces messieurs-dames. Hélas, le résultat est tout aussi emmerdant que s’ils avaient choisi d’enregistrer le disque en blast-beats continus. Donc : « Au bûcher sorcière ! » … Mais attendez … Que se passe-t-il  ? Mais euh … C’est que c’est pas si mal en fait ! Cette réflexion me vient au moment précis où nous atteignons la moitié de l’album. Surprise totale: les mioches semblent avoir retrouvés leurs moyens.

Comment peut-on avoir accouché de 6 titres aussi insipides et les avoir tous calé les uns après des autres dans la tracklist ? Surtout que la suite est diablement plus excitante. Sur “Circus Coccus Spirilly”, ça groove, ça brutalise les fûts et ça pousse forcément à headbanger. La formule n’a pas changé, mais cette fois on a l’impression qu’ils ont balancé d’un coup toutes leurs meilleures cartes, soigneusement camouflées jusque là (peut-être même trop camouflées). Ce délicat break à la guitare sèche au milieu de “Cure the Obscure”, ce très bref mais intense passage shreddé sur les dernières notes de “Feed the Lions”, ces blasts furieux sur  “Magic Malignancy”, miam. C'est un petit peu dommage, mais du coup, comme ils ont envoyé tous leurs atouts d’un seul coup, il ne reste plus grand chose pour le final.

“Holy Slapstick” souffre donc quelque peu d’arriver après que l’artillerie lourde a été déployée. La fin apaisante du morceau est sympathique, mais insuffisante pour le hisser au même niveau que les précédents. Ils ont de bons outils, mais peinent à l’utiliser de la meilleure façon. Phil a un growl profond, encore assez impersonnel, mais il  a le temps de s’améliorer et de bâtir sa voix. On observe quelques tentaives de pig-squeals et modulations black, pas mal. Les riffs sont au pire ennuyeux comme on l’a souvent fait remarquer, au mieux excellents (le déjà cité “Magic Malignancy”). D’un côté, on s’estime heureux d’avoir une agréable révélation à mi-parcours, de l’autre, on déplore les minables amuse-gueules qui nous sont servis sur les premiers titres. Petit coup de pouce : un demi-point en plus pour l’artwork.


Ne jamais sous-estimer les capacités de jeunes musiciens … leurs capacités à vous surprendre dans le meilleur et le pire. Carnival Cadavre représente très exactement ces deux facettes du « kid metalhead », en quantité à peu près égale. Difficile de conclure s’il faut recommander ou non Hackneyed, sachant qu’un death metal de qualité attend les auditeurs mais qu’il leur faut avant cela supporter 20 bonnes minutes abrutissantes. En tout cas, le potentiel est là, à eux d’en tirer le meilleur pour l’avenir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2