4761

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 06 août 2011
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Anton Reisenegger 
(chant +guitare) 

-Olmo Cascallar 
(guitare) 

-Dan Biggin 
(basse) 

-Zac O'Neil 

(batterie) 

TRACKLIST

1)Order From Chaos
2) Resistance Is Futile
3) The Ghost We Summoned
4) Akelarre
5) State Of Siege
6) Tyrannicide
7) Feel The Void
8) The Power of The Dog
9) Vows Of Silence
10) La Santa Muerte

DISCOGRAPHIE

Sicario (2005)
Akelarre (2011)

Criminal - Akelarre
(2011) - thrash metal - Label : Massacre



Alors ceux-là, ils sont incorrigibles ! Alors que White Hell venait de mettre fin à 4 ans de silence et de redresser la barre après un Sicario mitigé, alors que la signature chez Massacre avait permis à Criminal d'être un peu mieux bossé que lors de son passage chez Metal Blade et de gagner un peu en reconnaissance, alors que les Anglo-Chiliens n'avaient plus qu'à assurer un minimum juste histoire d'enfoncer le clou, voilà qu'ils nous sortent un énième changement de line-up ! Et pas des moindres en plus…

En effet, cette fois, ce n'est pas un sidekick qui a mis les voiles, mais rien de moins que Rodrigo Contreras, soliste et co-fondateur du groupe, laissant ainsi Criminal aux seules mains d'Anton Reisenegger. Une lourde perte sur le plan symbolique, mais sur le plan pratique, pas sûr que cela soit si grave que cela. Difficile de savoir précisément qui composait quoi, puisque les crédits renvoyaient toujours à Criminal et non aux membres du groupe, mais concrètement, on ne voit pas tellement la différence au niveau des compos. Les Anglo-Chiliens, ou désormais Anglo-Hispano-Chiliens puisque le nouveau gratteux est originaire du Pays Basque, nouvelle terre d'asile du groupe, continuent de donner dans un mix thrash / death / power frontal et sans concessions, mais avec un petit truc accrocheur en plus qui fait toute la différence. C'est même à se demander si ce changement de line-up n'a pas botté le cul de Reisenegger, qui s'est surpassé en matière de riffs mastoc et de refrains in your face.
Le ton est donné d'entrée avec "Order From Chaos". Riff thrash ravageur, guitares sous-accordées et refrain catchy scandé avec conviction : on croirait entendre du Cavalera Conspiracy niveau premier album, et je vous garantis que pour moi, c'est un compliment ! Et ce solo bordélique au possible ! Et derrière, les clébards de Criminal ne sont pas du genre à relâcher leur proie. "Resistance Is Futile" se veut encore moins subtil, dans la veine du Exodus récent. Ca avoine sévère, et lorsque que le batteur décide de balancer un pattern heavy juste après le premier refrain, c'est la très grosse montée d'adrénaline qui vous donne l'irrésistible envie d'headbanguer Typiquement le genre de passage qui ferait repousser les poils du torse d'un métrosexuel passé par l'épilation au laser ! Reisenegger lâche tout ce qu'il a, et lorsque que sur le break, il vous assène « You have the right to remain silent, you have the right to remain dead » sur un ton à la Mille Petrozza, et ben ça donne pas envie de la ramener…
Des titres bourrins de la sorte, ce n'est pas ce qui manque sur cet album, comme l'explosif "Akelarre" (tout juste 2 minutes au compteur, dans une veine proche du Sepultura d'Arise) ou "Tyrannicide". Mais ce qui est le plus appréciable, c'est de voir que Criminal ne s'est pas contenté de ça et qu'il a essayé autre chose. Côté réussite : plusieurs refrains plus policés mais redoutables d'efficacité ("The Ghost We Summoned" notamment, très catchy alors qu'il s'agit d'un bête alignement d'accords, ou "State Of Siege") et quelques incartades en territoire neo (le refrain de "Akelarre"), black ("Vows Of Silence") et doom (la fin de "La Santa Muerte") très bien gérées. Côté échec : une tentative de metal à la Pantera complètement foirée, qui groove autant qu'un Normand dans une boîte antillaise ("The Power Of The Dog"), un riff de première main gâché sur un morceau poussif ("Feel The Void") et plus globalement, hormis "Vows Of Silence", une seconde moitié loin du niveau de la première.


Que l'on soit bien clair : Criminal, à l'échelle du thrash, c'est du second couteau. Conscient de ses aptitudes, le groupe s'en tient aux fondamentaux et ne cherche absolument pas à proposer des morceaux aux structures un peu plus aventureuses. Pour faire bref, disons qu'on pourrait les placer à côté d'un Onslaught par exemple. Mais attention, n'y voyez aucun mépris car cela ne veut surtout pas dire qu'ils ne sont pas capables de vous exploser la tronche à grands coup de rangers. Akelarre en est la preuve éclatante : si vous décidez de vous y frotter, commencez par appeler votre osthéo, car vous allez avoir besoin de ses services…




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1