4730

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 31 juillet 2011
Sa note : 15/20

LINE UP

-Dale Butler
(chant)

-Ben Symons
(guitare)

-Alex Vuskans
(guitare)

-Tom Hynes
(basse)

-Craig Thomas
(batterie)

TRACKLIST

1)Awaken the Tides
2)
Delirium
3)Dead in the Water
4)Minutes
5)Baying for Blood
6)Blessed Cursed
7)The Day the Sky Fell
8)Outnumbered, Outgunned
9)Flood of Red
10)The Haunting

DISCOGRAPHIE


Malefice - Awaken The Tides
(2011) - metalcore - Label : Metal Blade Records



La frontière entre metalcore et melodeath est parfois mince. Quels critères font que la balance va pencher d’un côté ou de l’autre ? Pas évident n’est-ce pas, pourtant l’un ne fait pas l’unanimité, l’autre est davantage respecté. Comme quoi c’est une histoire de feeling. Malefice trace son sillon à la frontière des deux genres et ne nous aide pas vraiment en utilisant tantôt des influences de nu métal tantôt des influences de death. Et une fois n’est pas coutume, nos amis-là ne sont pas américains mais bel et bien anglais.

Ce qui se reconnaît immédiatement, c’est le chant typique et les rythmiques syncopées propres au metalcore. L’organe de Butler est particulièrement impressionnant et lui permet de produire des lignes vocales typiques. Mais si vous savez, ce genre de chant qu’on entend en veux-tu en voilà dans tous ces groupes américains. Revenons à notre ami, car ce bougre-là est capable d’aller jusqu’au chant death caverneux très propre. Un gros point fort qui donne une coloration extrême au combo, en témoignent en autres les pistes "Delirium" et "Dead in the Water". Et ça ne s’arrête pas là car ce qui frappe par-dessus tout, c’est l’intensité que recèle cette musique. On a une impression de dépassement constante de la part de tous les membres du groupe. Chaque chanson prend aux tripes, et le mieux dans tout ça ? Pas de temps mort, ça envoie du lourd du début à la fin. Et ça c’est louable, car au final ça donne une musique franche et captivante. Les trois premiers titres matraquent sévèrement, ne laissent aucun répit et assènent claque sur claque.
Cela dit, on est quand même tenté de se dire : ok, ça va être 52 minutes de matraquage sauvage bête et méchant. Que nenni ! Car la superbe "Minutes" arrive, avec la première apparition sur les refrains d’un chant clair plutôt convaincant. Cette composition soignée fait baisser l’adrénaline et apaise quelque peu. Un break agrémenté d’un solo ajoute une dimension grave au titre avant qu’il se relance sur une rythmique hachée, sans parler de l’outro particulièrement réussie ; un régal. Après cette petite pause, le très costaud mais non moins dramatique "Baying for Blood" vient contraster, il contient lui aussi un joli break atmosphérique. Sans transition la piste suivante arrive, en ayant l’impression que ça débute avec le même riff que le titre précédent. Mais malgré cela au fil de l’écoute, "Blessed Cursed" se personnalise et c’est le cas pour la majorité des morceaux. Même si on a l’impression qu’ils partent d’une même base, ils possèdent leur propre personnalité.
"The Day the Sky Fell", qui brigue le statut de chanson la plus dramatique de la galette, ralentit à son tour la cadence. Malheureusement on tombe un peu dans l’excès ici, c’est moins efficace que le morceau « soft » précédent. Ça repart avec "Outnumbered, Outgunned" et son intro très Slipknotienne, encore du lourd qui donne envie de sacrément remuer ! C’est bien connu, le titre de clôture est souvent l’occasion de se risquer à des choses différentes voire expérimentales. Certes, mais de la part de ce groupe on ne s’attendait pas forcément à 10 minutes ! La première partie de cette longue pièce est bonne, le chant reste également un gros point fort, lorgnant ici très franchement vers le death. Par contre la partie intermédiaire c’est un petit peu du n’importe quoi, quasiment une ambiance psychédélique pas vraiment cohérente avec le reste. Le tout se finit sur de l’acoustique avec en sus quelques notes de piano et une voix très posée ; belle conclusion.


Awaken The Tides est une belle surprise, à la limite entre melodeath et metalcore, l’album parvient à communiquer une réelle sincérité bien burnée. Il ne brille pas par sa technicité mais plutôt par l’énergie insufflée à travers une rythmique sans concession, et surtout un chant très convaincant. Et la cerise sur le gâteau c’est la présence de titres plus subtils auxquels on ne s’attendrait pas forcément avec ce genre de groupe. Malefice confirme donc largement avec cet effort et reste solide.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6