4729

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 20 juillet 2011
Sa note : 16/20

LINE UP

-Basile Richon
(chant+claviers+guitare)

-Yoann Monnet
(guitare+claviers)

-Fabien Iannon
(basse)

-Marc Veuthey
(batterie+percussion+claviers)

-Gabrielle Maillard
(violon)

-Amalia Délitroz
(violon)

-Xavier Moillen
(alto)

-Valérie Borse
(violoncelle)

TRACKLIST

1)Nothing Else
2)
Kokeïn
3)
Colorcube
4)
Fairytale
5)
6)
Paradise
7)
8)
End's Beginning
9)
The Flight
10)
11)
In Any Thoughts
12)
Dancing With the Ghosts
13)

DISCOGRAPHIE

Colorcube (2011)

Arco Iris - Colorcube
(2011) - electro pop colorcubique - Label : Gunt Productions



Arco Iris, groupe conséquent fondé en Suisse, joue dans les salles et les festivals depuis quelques années. C'est là qu'après s'être taillé une solide réputation les Valaisans sortent Colorcube, un projet à mi-chemin entre la démo et l'album. Lorsqu'on est jeune et qu'on veut se faire remarquer dans le monde de la musique, il faut du talent, de l'imagination, des moyens et pour finir... de l'ambition. Et croyez-moi, de l'ambition, les membres d'Arco Iris ont en à revendre.

Le groupe Arco Iris est fondé sur un principe de dualité : une partie « électronique » (guitare, basse, synthés, batterie) et une partie « classique » (violons, alto, violoncelle). Concept assez courant, sauf qu'ici, la partie de cordes est totalement présente, dans chacune des compositions. Que ce soit pour ajouter une touche de dynamique que Steve Reich lui-même n'aurait pas renié ("Kokeïn") ou un côté enchanteur dans le bien nommé "Fairytale". On l'aura compris, c'est un des points forts d'une formation qui joue sur l'ambiance ; tout au long de l'album, Arco Iris exploite une palette d'émotions diverses, du plus sombre (la septième piste, "Dancing With the Ghosts") au plus lumineux ("Colorcube", "In Any Thoughts"). Des facettes qui ne lassent pas.

Si les arrangements et la formation jouent dans ce sens, Colorcube possède un point faible évident : les paroles. En effet, même s'il semble clair que ces dernières n'ont pas été faites pour être mises en avant, on ne peut pas s'empêcher de rester perplexe et légèrement agacé devant le manque de recherche sur des titres comme "In Any Thoughts" (ballade superbe au demeurant) et "Paradise"... ce qui, au final, n'est pas si dramatique : la musique d'Arco Iris n'est pas faite pour accompagner la voix et les mots. On pourrait presque dire que ce sont les mots qui l'accompagnent, et encore de temps en temps. Un choix étrange, à mon sens ni bon ni mauvais.

En plus de 9 pistes « à titres », l'album contient également quatre intermèdes musicaux. Et à nouveau, le choix sera varié : La cinquième piste est électro au possible. La septième met en scène un dialogue de film sur lequel viennent se greffer cordes et piano. Les deux autres évoquent une musique étrange, cyclique comme celle d'un cirque enchanteur et un peu glauque. Peut-être le meilleur moyen de sortir d'un album où les couleurs flirtent et se mêlent à une imagerie aussi étrange que surprenante.


Peu importe au final que Colorcube soit une démo ou un album : C'est en tout cas un premier travail accompli et enchanteur de bien des manières, malgré quelques défauts juste assez dérangeants pour ne pas être insignifiants. En bref, une musique légère et rayonnante qui ne manque plus que de gagner en « poids » et en structure avec le temps pour friser l'apothéose. Et, croyez-moi, je suis sûr que nos arc-en-ciels ambulants iront loin. Très loin.

PS : Il n'est jamais facile de juger un groupe pour lequel on a de l'affection, ainsi j'espère avoir fait preuve d'assez de distance concernant ceux avec qui il m'est arrivé de boire un verre. Bonne continuation.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2