4674

CHRONIQUE PAR ...

81
Oni²
Cette chronique a été mise en ligne le 20 juin 2011
Sa note : 12/20

LINE UP

-Mikael Akerfeldt
(chant)

-Anders "Blakkheim" Nyström
(guitare)

-Per "Sodomizer" Eriksson
(guitare)

-Jonas Renkse
(basse)

-Martin "Axe" Axenrot
(batterie)

TRACKLIST

1)Ways to the Grave
2)Soul Evisceration
3)Process of Disillumination
4)Iesous
5)Breeding Death
6)Mouth of Empty Praise
7)Mass Strangulation
8)Cancer of the Soul
9)Mock the Cross
10)Like Fire
11)Outnumbering the Day
12)Eaten

DISCOGRAPHIE


Bloodbath - Bloodbath Over Bloodstock (DVD)
(2011) - death metal - Label : Peaceville Records




Déjà un deuxième DVD après seulement 3 vrais albums studios, Bloodbath ne chôme pas. Ce live reprend l’intégralité de leur concert datant d’Août 2010 au Bloodstock Open Air, en Grande Bretagne. Nul doute qu’ils sont attendus au tournant après un monstrueux Wacken Carnage, il y a 3 ans, qui demeure un exemple de prestation scénique quasi-parfaite. « L’élite » du death suédois a-t-elle encore frappé fort ?



C’est extrêmement désappointé que l’on ressort du visionnage. En cause : Mikael Akerfeldt. Celui qui, pour beaucoup, fans, musiciens est et restera la référence absolue en voix death. L’enchaînement “Ways to the Grave/Soul Evisceration” donne tout suite le ton : Mike n’est pas très en voix. Il growle mal, ou en tout cas il essaie mais fait juste peine à entendre. Adieu les profondeurs abyssales de ses vocaux démoniaques qui avaient fait headbanger et hurler les légions métalleuses du Wacken Open Air. En dépit de ses efforts, il n’atteint pas le dixième de sa puissance destructrice bien connue. La plupart du temps, on a juste l’impression qu’il braille péniblement en tentant d’y mettre un peu de vigueur. Akerfeldt n’est pas Max Cavalera et pourtant c’est bien au fondateur de Sepultura dans ses plus mauvais jours qu’il fait penser sur ce live.

C’est tellement dommage, car les autres membres du groupe ne se ménagent pas. Jonas Renkse qui avait l’air de bouder à Wacken est bien plus vivant (du moins aussi vivant qu’il peut sembler l’être), Blakkheim est toujours aussi jouasse, Axe brutalise ses fûts sans pitié et le nouveau venu (façon de parler vu qu’il joue quand même avec eux depuis 3 ans), sans être aussi communicatif que l’était Dan Swäno, fait preuve d’un enthousiasme certain. Mike semble récupérer un peu sur l’énergique “Process of Disillumination”, sans jamais atteindre  le niveau qu’on lui connaît. Et peu à peu, il retombe dans les travers du début du concert. Le refrain de “Breeding Death” est complètement plombé et on croirait qu’il fait du rap sur “Cancer of the Soul” … Dieu, que c’est pénible.

On ne s’arrête malheureusement pas là pour les reproches. La setlist est loin d’être aussi passionnante que celle d’il y a 3 ans. Exit les tueries speed-death comme “Bastard Son of God”, à la place, un “Mass Strangulation” plutôt mou, malgré ses paroles débiles supposées éveiller notre intérêt. Les paroles, un point sur lequel il reviendra souvent, notamment avant le furieux “Outnumbering the Day” écrit par Blakkheim. Mike expliquera qu’il préfère écrire sur des thèmes sataniques, tandis que Jonas Renkse est plutôt porté sur les paroles gores. Le bonhomme n’a au moins rien perdu de son humour. Il lâchera : « Our songs are about natural disasters, Satan and Food » juste avant de conclure le concert sur “Eaten” (ruiné par ses difficultés vocales encore une fois). Ah, si seulement il avait été en meilleure forme.

Techniquement, l’image et le son sont plus que corrects, c’est même beaucoup plus propre que sur le Wacken Carnage, mais il manque quelque chose. Fini les vêtements ensanglantés, place à des tenues plus conventionnelles, avec quand même des faux stigmates, plus discrets. Chaque album est représenté tout comme les deux EP, mais hélas pas toujours de la meilleure façon. On regrette encore l’absence du diabolique “Cry My Name” ou encore celle de “Slaughtering the Will to Live” qui reste une des grosses boucheries du dernier album. Et surtout, tout ceci est un peu court. On ne demande pas la lune mais l’absence de menu, l’étrange découpage des chapitres et l’absence de ce qui devait figurer comme bonus (une interview) dans le DVD promo ne vont pas faire monter la note.


« Ça arrive aux meilleurs d’entre nous », ouais, la belle excuse. Mais pourquoi diable a-t-il fallu qu’Akerfeldt perde sa voix précisément ce jour là ? S’il avait juste pu assurer au micro je ne me retrouverais pas à devoir faire ça … foutre une sale note à Bloodbath me demande un effort surhumain … d’ailleurs, non je ne peux pas. Même si Mike est à la rue, les autres se donnent à fond … C’est juste une mauvaise passe, n’est-ce pas docteur ?



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3