4643

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 05 juin 2011
Sa note : 09/20

LINE UP

-Mortuus
(chant)

-Evil
(guitare)

-Devo
(basse)

-Lars Broddesson
(batterie)

TRACKLIST

1)Warschau II – Headunter Moon
2)Wacht Am Rhein Drumbeats of Death
3)Prochorovka Blood and Sunflowers

DISCOGRAPHIE


Marduk - Iron Dawn (EP)
(2011) - black metal - Label : Regain Records



Marduk aime offrir des EP entre ses albums. C'est donc après un très réussi Wormwood que nous nous retrouvons naturellement en présence d'un EP axé, ô surprise, sur la guerre : Iron Dawn. Les plus fins connaisseurs du groupe auront d'ores et déjà noté la ressemblance concomitante avec le déjà "Blood Dawn" sur Panzer Division Marduk. En fait, l'ultra connaisseur aura même fait le rapprochement avec le thème guerrier de Panzer Division Marduk. Et quand il voit la pochette, jaune douteux certes, arborer fièrement un tank, il fait encore plus le connaisseur en identifiant encore plus loin cet EP à … Panzer Division Marduk.

Alors vous imaginez bien que lorsqu'il entend vrombir les avions de la Wermacht, il s'enlève de tous ses ultimes doutes : ce sera du Panzer Division Marduk ! Oui. Bam, prenez ça de votre gueule. Ca blaste, riff simple, sec, direct, dans la lignée de … "Panzer Division Marduk", la chanson cette fois, à laquelle on aurait amputé le chant de Legion pour celui de Mortuus. Pas de fioriture, rien, du brut de décoffrage enrobé seulement de bruits d'avion plongeant identiques à ceux de … Panzer Division Marduk (difficile de ne pas se répéter sur une telle chronique!). On continue sur la même lancée avec "Wacht Am Rhein Drumbeats of Death". Et encore de même sur la dernière, "Prochorovka".

Eh mais non, attendez ! Marduk l'a joué différemment sur celle-là. Elle débute par des bruits de guerre ok, comme d'hab, mais elle enchaîne sur un gros riff lancinant bien lourd. Mince alors, juste au moment où on pensait à quoi vous savez (oui oui, Panzer Division Marduk). Pour le coup, on retrouve Wormwood dans ses passages les plus lourds. Pourquoi pas. Du coup l'EP est clairement divisé en 2 avec une façade ultra défonce et l'autre ultra défense. Étrange. Quitte à se lâcher pour l'EP, autant bastonner du début à la fin, d'autant que ce calme n'est finalement pas spécialement intéressant et que tout ça ne dure de 13 minutes. Notez juste que le son est lui clairement dans la lignée du dernier bébé longue durée du groupe.


Alors cet EP ? Achète, achète pas ? Vous voyez hein, si vous n'êtes pas fan, c'est évidemment inutile. Si vous êtes fan normal, ouais … C'est encore des euros économisables dans quelque chose de réellement intéressant. Si vous êtes collectionneurs, de toute façon vous n'aviez pas besoin de cette chronique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7