4638

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 03 juin 2011
Sa note : 16/20

LINE UP

-Carmen Elise Espenæs
(chant)

-Alex Kautz
(guitare)

-Birgit Öllbrunner
(basse)

-Daniel Fischer
(claviers)

-Chris Merzinsky
(batterie)

TRACKLIST

1)Alv (Intro)
2)The Metamorphosis Melody
3)Spellbound
4)The Tide
5)A Poet´s Prayer
6)Forlorn
7)Kong Valemons Kamp
8)Goodbye
9)Forvandlingen
10)Motets Makt
11)My Re-creation

DISCOGRAPHIE


Midnattsol - The Metamorphosis Melody
(2011) - folk un peu heavy - Label : Napalm Records



Midnattsol est un groupe plutôt incroyable. À la première écoute, nos six Allemands (il y a peut-être du sang norvégien dans le tas, à vérifier) ne font rien de bien particulier, mais il faut admettre que c'est toujours un plaisir de les entendre à nouveau. On se rappelle du premier album Where Twilight Dwells sorti en 2005 qui était plutôt simple mais efficace, idéal pour assaisonner une petite sieste après une balade en forêt, et de son petit frère Nordlys de 2008, dont nous saluâmes l'évolution technique. Alors, écoutons vite ce troisième disque !

Il faut dire que bien que Midnattsol ne soit absolument pas un groupe professionnel, il jouit d'une grande qualité qui n'est pas toujours acquise et qui pourtant démontre un talent certain : on reconnaît le groupe immédiatement à l'écoute de leurs morceaux, et ce n'est pas uniquement grâce à la ravissante voix de la chanteuse. En effet, la patte des guitaristes est reconnaissable d'entrée, comme le montrent par exemple ces arpèges sur l'introduction du précédent album, c'était légèrement saturé et largement jouissif. De plus, ces riffs mid-tempos associés à une guitare plutôt lourde et très saturée sont devenus une véritable marque de fabrique de nos voisins d'outre-Rhin. Ces musiciens sont passés maîtres dans l'art d'associer des riffs lourds à des mélodies folkloriques (sans toutefois la présence d'instruments anciens) et à une voix parmi les meilleures. Cette manière de faire est accentuée à merveille par la production hors normes qui donne ici toute sa place à chaque instrument. Autre procédé très Midnattsolien, les pistes mélodiques aiguës arrivant toujours à point nommé et accompagnant la voix d'Elise à merveille.

Parlons-en, d'ailleurs, de cette voix. La chanteuse nous offrait une grande fraîcheur il y a de cela six années, et faisait partie des rares chanteuses de metal à ne pas faire baver ses cordes vocales de partout, avec les claviers pourris derrière. Sur la galette suivante, sa technique de chant était visiblement davantage travaillée, lui permettant ainsi d'effectuer plus de variations, mais ôtant ainsi également un peu de son charme. Elle nous disait alors, dans une interview accordée aux Éternels, que tout simplement, maintenant c'est comme ça qu'elle chante. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. En tout cas, la vocaliste semble ici tout à fait à l'aise sur ce troisième disque, une technique maîtrisée tout en conservant ce timbre rafraîchissant. Il est également important de noter que les compositions sont mieux fichues que jamais, et, osons le dire, ce troisième album de Midnattsol est tout à fait digne de ses prédécesseurs, ce qui ne fut pas gagné d'avance. Ah, et plus un pour l'artwork.


Un album énorme, c'est toujours un plaisir de retrouver le sympathique groupe Midnattsol, musicalement franc et fidèle à son public, et répondant toujours présent au rendez-vous : une bonne régularité pour ces trois premiers albums. On lève le pouce une fois de plus (pour le coude, on recommence demain), et on vous souhaite de continuer comme ça !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1