4637

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 03 juin 2011
Sa note : 13/20

LINE UP

-Guillaune Richard
(chant)

-Nicolas Chevrollier
(guitare)

-Gilles Vardon
(guitare)

-Vincent Danhier
(basse)

-Olivier Rouget
(batterie)

TRACKLIST

1)Only Found by Those Who Seek
2)Starspeed God
3)Serendipity
4)Senses Commotion
5)Disclosure
6)Shy Away
7)Leaning on Complete Affinity
8)Unaffected by Loss
9)Naked Truth

DISCOGRAPHIE


Ommatidia - In This Life Or The Next
(2011) - doom metal melodeath - Label : Season Of Mist




Alors voilà, The Old Dead Tree c'est comme Capri, c'est fini. Parce qu'on aura beau dire, mais malgré la promotion des labels, ça aide quand même beaucoup d'avoir fait partie d'un projet « connu » pour vendre du nouveau. Ah mais ce n'était pas pour rien que l'on collait un gros « with Deep Purple's former singer » sur les albums de Whitesnake ou si le premier Rainbow porte le nom du fondateur du projet. Rainbow le groupe, hein, pas le warrior, calme-toi mon petit Sardou !


Nous chroniquons donc présentement le premier bébé du groupe Ommatidia, intitulé In This Life, Or The Next. Musicalement, c'est pas mal, surtout les paroles, quoique des fois, ce n'est pas assez intello... on entre en matière avec une agréable introduction nommée "Only Found by Those Who Seek", et après on est dans le vif du sujet. Les rythmiques sont plutôt lentes, les mélodies cassent pas trois pattes à une morue, pas d'harmonie of steel, et le chant, qui est tantôt plutôt gueulé (sans qu'il ne soit crédible), tantôt doux, ne vient pas secourir le reste. Des accords de puissance à gogo, du binaire, des petites mélodies de guitare aiguë, et roulez jeunesse. L'écoute de l'objet est agréable, quoiqu'un peu lassante.

On retiendra par exemple certains passages du titre "Disclosure", qui illustre finalement le bon côté de ce disque : il y a une bonne ambiance globale, et bien que rien ne soit ici indispensable, c'est quand même très bien fichu, le son est bon, et c'est bien joué. Les différentes parties sont bien collées... même constat pour le morceau "Leaning on Complete Affinity", qui comporte des transitions parmi les meilleures (merci Opeth ?) et un solo absolument excellent. Citons également le simple mais efficace morceau de clôture "Naked Truth" (en cette période de Roland Garros, on aurait toutefois préféré une Naked Sharapova), qui ferme cet album d'une manière des plus agréables, mais une galette pour laquelle on peut citer à peu près tous les bons points ne mérite malheureusement pas qu'on s'y penche avec profondeur.

Il est toutefois indispensable de souligner la grande fraîcheur que ce disque apporte. Les compositions jouissent d'une grande honnêteté. Si vous êtes chasseur d'originalité, autant ne même pas écouter In this Life, Or The Next, mais sinon, le coup vaut la peine d'être tenté. Les morceaux ne font pas de détours avec rebondissements interminables, mais disent ce qu'ils pensent. Après, à chacun de savoir ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas, et il est clair que la musique en présence de laquelle nous nous trouvons ici ne marquera pas l'histoire du metal. Mention spéciale à l'artwork toutefois, qui montre une ferme du style de celle qu'il faut infiltrer dans le premier niveau de Redneck Rampage, avec le silo à grains. Ah, et une femme à poil.


Un album qui mérite d'être écouté, contenant quelques belles trouvailles. Mais même si on imagine le pied des musiciens qui ont composé et joué ce disque, l'intérêt musical reste limité. Votre serviteur reste toutefois convaincu qu'en live, l'ambiance doit être extrêmement sympathique... si vous voyez Ommatidia sur une affiche, faites preuve de curiosité et allez m'écouter tout cela.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4