4615

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mai 2011
Sa note : 13/20

LINE UP

-Tichondrius
(basse+chant)

-His Emissary
(guitare)

-Haimatokharmes
(batterie)

TRACKLIST

1)The First Secret of Fatima
2) Monakhourgia/The Prince of Tyre
3) The Second Secret of Fatima
4) The Alchemist's Goatthrone
5) The Third Secret of Fatima
6) Hodos Autapophaseos

DISCOGRAPHIE


Ipsissimus - The Way Of Descent
(2011) - black metal - Label : Metal Blade Records




Américains d'origine contrôlée, les Ipsissimus débarquent du Nord Est côté vieille Europe. Est-ce pour cela qu'ils ont opté pour une voie traditionaliste faite de black metal familial ? Peut-être. Quoiqu'il en soit, voici 3 jeunes yankees remplis de hargne qui sortent leur premier effort après une démo et un EP, et de nombreux concerts, bien accueillis. États-Unis ? On s'attend alors à du black metal à relent de death.



Pourtant, c'est exactement l'opposé qui arrive, si tant est que opposé signifie sans relent de death. On navigue en pur black metal scandinave pour ici. Dark Funeral peut se rappeler aux bons souvenirs pour les nombreux blasts mais le groupe penche également du côté de … Klabautamann étonnamment, en moins jazzy cependant. Pourtant, la verve du groupe à vouloir proposer une musique d'une technicité supérieure à la moyenne avec certains riffs changeants à contre-rythme pousse à la comparaison. De plus, le batteur même s'il exploite le blast beat sans retenue s'essaie à de nombreuses variations faisant appel au toucher raffiné. Plus proche, on pense aussi quelque peu à Krallice pour les soli et quelques riffs.

Le groupe appuie qui plus est allègrement sur la longueur en ayant du mal à descendre sous les 6 minutes. Cela permet aux compositions de se développer sur de nombreux plans, sans oublier la répétitivité consubstantielle au genre. Le son des guitares est froid comme on est en droit de l'attendre d'un groupe scandinave, un poil lisse façon Hell Eternal de Setherial malheureusement. Plus goûtue, la basse possède un espace propre lui donnant la liberté d'expression, chose qu'elle exploite très correctement en délivrant de bons coups de butoir bien rythmiques, clairement séparés des riffs de guitare, à qui il arrive d'être heavy soit dit en passant. Voilà qui place directement le groupe dans la catégorie sympathique (même si le qualificatif n'est pas très heureux lorsqu'on parle de black …).

Un groupe qui balance la purée avec variations et qui se permet le luxe de proposer des riffs réussis, agréables à l'écoute et non dénués de mélodies typiquement black. L'appartenance à la distinction des bons albums de black actuels est assurée avec brio. On n'en dira pas autant de l'originalité car même si le groupe se distingue par sa technique, il n'en demeure pas moins vraiment classique dans ses chansons, ses riffs et l'ambiance sonore qu'il installe. On ne se plaindra pas car c'est bien fait, mais il ne faut pas oublier qu'on pense à beaucoup de groupes et qu'on est bien dans notre style. Certes, c'est une sensation agréable, mais Ipsissumus a les qualités pour aller bien plus loin, donc on est dur. De plus, on reprochera au groupe une tendance à lasser avec des chansons qui ne distinguent finalement pas tellement entre elles, trop homogènes dans leur atmosphère et leur déroulement.



Pour résumer, un bon album de black, typiquement européen là où on l'attendait plus gras, et seule sa technique supérieure à la masse le distingue véritablement. Les compositions sont solides mais sans génie et il ne faudra en attendre qu'un bon moment de black. C'est déjà bien certes, mais on sent que le groupe peut aller bien plus loin lorsqu'il se décidera à créer sa voie dans le black.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5