4604

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mai 2011
Sa note : 10/20

LINE UP

-Marco
(chant)

-Kalti
(chant+basse)

-Tommy
(guitare)

-Matze
(guitare)

-Steffi
(claviers)

-OD
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Unholy Four
3)Avenger of the Oppressed Souls
4)Buried Love
5)Pity the Sadness (Paradise Lost Cover)
6)Mass Murder
7)From Throat to Cunt
8)Wir Brauchen Keine Hirten
9)Bloody Fantasy
10)I Am Your God
11)Life Denied (feat. Liv Kristine)
12)Legio Mortis
13)Thorn in My Eye

DISCOGRAPHIE


Legio Mortis - The Human Creation And The Devil's Contribution
(2011) - death metal Dark/Death Metal - Label : Massacre




Y a des jours qui se passent moins bien que d’autres, ça fait partie du principe même de la vie. Et pour enfoncer le clou on se dit allez, why not, on s’écoute un album bien sombre, histoire de consolider cet état d’esprit de mal inhérent. La musique proposée par Legio Mortis est parfaite pour remplir cet office. Et encore, quelques éclaircies pointent le bout de leur nez et pourraient permettre de tourner la page sur une éventuelle journée pourrie.
 
Troisième album des Allemands en seize ans d’existence. Ils prennent le temps de faire maturer leur musique, c’est le moins qu’on puisse dire. Groupe de black métal à la base, ils se sont tournés plus récemment vers un black/death métal aux touches gothiques. Une heure au compteur, c’est plutôt lourd, surtout pour le genre. Il faut s’armer d’une certaine hargne pour venir à bout de cette galette. L’intro pose d’emblée une ambiance inquiétante, un peu à la Blade Runner. "Unholy Four" et son riff malsain maintiennent cette première impression mais sept minutes c’est long, le titre offre trop peu de variations. La production est assez sale, groupe underground oblige, et renforce le sentiment d’ambiance inquiétante. "Buried Love" est un titre intéressant dans la mesure où il expose les nouveautés gothiques incorporées par le groupe. La présence de claviers old school est appréciable, ils allègent le titre. Le solo littéralement aérien, déteint totalement par rapport au reste de l’album, il constitue même le temps fort de l’album. Suit la reprise "Pity the Sadness" de Paradise Lost, qui se trouve malheureusement être extrêmement proche de l’originale. C’est dommage, bien que le titre soit agréable il n’apporte rien de neuf.

La suite du disque devient assez vite indigeste, les titres se ressemblent pour la plupart. Mais ce sont surtout les voix qui finissent par fatiguer. Parlons-en du chant, l’un death et l’autre plutôt black. C’est ce dernier, un chant relativement éraillé, informe, qui devient  pénible à la longue. Vous l’aurez compris, ce disque comporte des passages assez moyens voire mauvais. Certains qui présentent même à la base de bonnes idées, sont plombés par des parties assez pénibles ou carrément lourdingues. C’est le cas de "From Throat to Cunt" qui démarre plutôt bien avant d’être gâché par des parties trop répétitives.  "Avenger of the Oppressed Souls" est également massacré sur la fin par un chant féminin complètement repoussant. Mais Legio Mortis n’a pas dit son dernier mot en proposant un duo avec la douce Liv Kristine. Elle a d’ailleurs déjà fait ce genre d’exercice avec d’autres formations de métal extrême. Et soyons honnête, ça fait du bien aux oreilles d’entendre un timbre de voix cristallin. Le titre est réussi et permet de souffler avant de s’attaquer aux deux derniers titres. Le titre éponyme, "Legio Mortis", est probablement le plus intéressant de cet album et démontre encore une fois que ce groupe sait faire de belles choses.


Ne nous voilons pas la face, l’ensemble de l’album est moyen, voire à des moments indigeste. Certains titres sont vraiment répétitifs, et le chant éraillé sans consistance n’aide pas. Néanmoins quelques titres sont de très bonne facture. Ces réussites sont dues en partie à l’incorporation de ces claviers mélancoliques qui enrichissent les compos. Legio Mortis aurait intérêt à poursuivre l’exploration de ce concept davantage gothique pour éviter de tourner en rond. Et finalement, cette journée fut-elle si mauvaise ?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5