459

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Agathon
(chant+claviers)

-Nukklear Tormentörr
(basse)

-Lord
(guitare)

-Suntio
(batterie)

-Mörgoth
(guitare)

TRACKLIST

1)Come if you dare
2)Lucifer's Hammer
3)Tomorrow might not come
4)Prelude to War
5)Corps of Doom
6)Nothing, but Hate
7)Bloody Grim
8)Living Dead
9)Bedtime Story

DISCOGRAPHIE


Gloomy Grim - The Grand Hammering
(2004) - death metal black metal - Label : Holy records



Gloomy Grim, pour ceux qui connaissent, est un groupe un peu particulier dans le paysage du black metal. Mené depuis ses débuts (1996) par Agathon au chant et claviers (lui-même aux fûts de Thy Serpent et Soulgrind), on se rapprocherait d’un Horror Metal aggressif, selon les termes de son fidèle label Holy Records. Après Life ?, plus hétérogène, The Grand Hammering arrive, plus puissant sur les ambiances. Gloomy Grim reste un groupe un peu spécial. L’utilisation fidèle de la batterie électronique confère à l’ensemble une touche plus froide et agressive que si l’on avait un Agathon derrière les toms. A remarquer que le son de cette dernière s’est confortablement amélioré avec le temps et les réalisations. Les riffs coupés au couteau, les rythmiques hachées par les breaks et une justesse sans erreur sont aussi les armes de ce groupe qui parvient aussi à donner à ses compositions une atmosphère particulière, assez horrifique dans le style.


Beaucoup conviendront certes que Gloomy Grim fait plus œuvre dans l’artifice horrifique que dans la réelle ambiance sombre, mais c’est ainsi et il faut accepter le jeu où ne pas s’intéresser à ce groupe qui semblerait plus passer pour une bande de clowns maquillés que de réels adeptes de l’occulte. Avec un peu de recul, il faut avouer que ce combo réalise un travail intéressant tant sur le plan instrumental que vocal. Les deux guitares ne semblent pas se lasser de trouver de bons riffs bien construits, complémentaires et assez parlant pour se passer de clavier les trois quarts du temps. Assez simple mais pourtant efficace, "Bloody Grim" fait partie de ces titres-là, au feeling plus death/thrash, tout comme l’avant dernier et très électrique "Living Dead", on ne peut plus direct.

Gloomy Grim, avec ce travail comme plus ou moins avec le reste de sa discographie, joue plus la carte du mid tempo sec et provocant, permettant au chant mécanique de se poser pour asséner toutes les vilaines choses qui se doivent d’être dites. "Come If You Dare" va dans ce sens et pour un premier titre, il faut avouer que c’est assez réussi, sans pour autant surprendre de la part de la bande d’Agathon. Les parties plus atmosphériques où les claviers prennent une ampleur particulière sont ici bien réussies aussi. Dans cette optique, "Lucifer’s Hammer" et "Tomorrow Might Never Come" sont des compositions très bien orchestrées, à coups de cloches et de mélodies guitares/claviers en alternance. Et pour un groupe qui utilise une boite à rythme, il faut avouer que tout tourne rond sans facilité quelconque, même pour aborder un style presque plus doom.

Dans tout cela, le chant de Agathon se veut toujours aussi agressif et martial, donnant cet effet inquisiteur. Quelques shoutings viennent ici et là donner un coup de pouce comme sur "Tomorrow Might Never Come". Assez différent du reste et pour le moins très alléchant, "Corps Of Doom" est un titre très agressif, détaché de l’ambiance abordée habituellement par le groupe. Rythmiques rapides, feeling très black metal, samples de sirènes et de cartouchières qui se vident, bref que du bon pour un titre intense et ma foi rentre-dedans. N’ayant pas les paroles, il est difficile de juger le contenu évoqué dans ce titre comme dans les autres. Au bout de quelques titres, certains se demanderont dans quelles mascarade ils sont tombés tellement c’est ici un concentré de ‘petits trucs’ bien étudié pour donner son effet… ou le perdre à certains moment comme sur "Bedtime Story". Mais encore une fois, il faut reconnaître la particularité de ce groupe et l’accepter en son état tout en s’imprégnant finalement d’une musique assez sombre et agressive à la fois.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1