4589

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 08 mai 2011
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Liv Kristine
(chant)

-Alexander Krull
(chant)

-Sander van der Meer
(guitare)

-Thorsten Bauer
(guitare+basse)

-Roland Navratil
(batterie)

TRACKLIST

1)Spirits’ Masquerade
2)Étaín
3)Velvet Heart
4)Kråkevisa
5)To France
6)Meredead
7)Sigrlinn
8)Mine Tåror er ei Grimme
9)Empty Horizon
10)Veritas
11)
Nystev
12)Tell-Tale Eyes

DISCOGRAPHIE


Leave's Eyes - Meredead
(2011) - metal symphonique gothique - Label : Nuclear Blast



Il est de ces gens qu'on aimerait bien détester, mais qu'on arrive pas: De la gentille nymphomane du quatrième au professeur de français, en passant par le chien du tonton qui est trop petit pour qu'on le rate... On a tous connu quelqu'un de ce genre, et je parie que comme moi, vous en avez bavé. Hé bien, j'ai découvert qu'il en allait de même pour certains groupes : Ce serait facile de les haïr, et pourtant on y arrive pas. Leaves' Eyes a sorti Meredead, j'ai voulu les détester... hélas ! En vain. Et pourtant, cela aurait été tellement plus confortable...

Avril 2011. Leaves' Eyes sort Meredead. Enthousiaste à l'idée de ré-entendre la voix de Liv Kristine, je me précipite sur mon ordinateur et lance la première piste. Cette dernière, "Spirits' Masquerade", est tout simplement excellente : Tout y est équilibré, que ce soit la voix de Liv ou encore l'usage de passages celtiques. Malgré tout, on peut remarquer que les guitares restent en retrait tout le long... à moins que cela ne soit un problème de production ? Même constatation pour le reste de l'album : Ce manque de cordes est un défaut, car il enlève à cet opus une bonne partie de son punch. Mais revenons à nos moutons. Il y aurait beaucoup de raisons de détester Meredead, et l'une d'entre elle est le manque d'inspiration qui se dégage de certaines pièces. "Empty Horizon" est sans doute une bonne piste... lorsqu'on ne connaît pas les mille autres fonctionnant sur le même mode. Quant à "Tell-Tale Eyes", c'est une ballade sans saveur et sans intérêt. Nos Norvégiens auraient-ils abusés de l'aquavit lors de l'écriture de ces chansons ? Et quelle idée d'avoir repris "To France", de Mike Oldfield... cette reprise, sans être laide, n'apporte aucune nouveauté.

Cependant ! Comme je l'ai dit plus tôt, Leaves' Eyes est un groupe particulier : À chaque fois on aimerait bien les détester, et à chaque fois ces sacrés imbéciles nous prouvent que ce sera dur : En effet, comment détester "Étaín" et son refrain dynamique, ou encore les lignes de chant présentes sur "Kråkevisa" et "Nystev" ? D'autant plus que - Leaves' Eyes restant Leaves' Eyes - l'album possède un charme qu'il est difficile d'ignorer. Oui, il est inégal (bien plus intéressant sur ses premières pistes), et oui, il est parfois maladroit... mais dès la première écoute, on ne peut s'empêcher d'être pris par la magie qui s'en dégage. Meredead possède des avantages certains, malgré ses guitares sous-mixées et les facilités utilisées pour certains refrains. Au centre de l'album, "Sigrlinn" démontre à lui seul ces défauts : Trop long, un peu décousu... et pourtant efficace en diable. Il est à l'image de Meredead.


On ne peut définitivement pas considérer Meredead comme un mauvais album. Certes, il est bien loin de ses prédécesseurs, mais les Leaves' Eyes n'auront pas à en rougir. Et si les petites nouveautés placées dans cet album leur servent de transition vers un style plus audacieux, cet opus n'est certainement pas une mauvaise chose. On pourra dire ce que l'on veut de Leaves' Eyes, mais le groupe étant ce qu'il est, ce n'est pas aujourd'hui que l'on assistera à une déchéance.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7