4587

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 02 mai 2011
Sa note : 11/20

LINE UP

-Jason Decay
(chant+basse)

-Ian Chains
(guitare)

-Chris Steve
(batterie)

TRACKLIST

1)All or Nothing
2)
Miss You to Death
3)Frozen in Fire
4)Tears Have Come
5)I Confess
6)Rapid City/Unchained Assault
7)Queen of Fire
8)Breaking Through
9)Taken by Desire

DISCOGRAPHIE


Cauldron - Burning Fortune
(2011) - heavy metal NWOBHM - Label : Earache Records





Et un de plus ! Cauldron fait partie de ces très jeunes groupes qui jouent un heavy metal particulièrement classique et vintage (certains diront daté). Enforcer, White Wizzard ou Cauldron perpétuent ainsi un style traditionnel qui n’avait jamais complètement disparu mais avait mué, inspirant les vagues du speed mélodique, du metal symphonique ou autre true metal (of fire bien entendu).


Car c’est bien d’un retour aux sources au tout début des années 80 dont il est question ici, pas de doute la dessus. Le son en lui-même est un bon indicateur : l’album semble être le fruit d’un enregistrement fauché réalisé à une époque où la technologie ne permettait pas encore à n’importe quel disque enregistré dans une chambre ou une cave de sonner comme une superproduction. C’est donc un choix délibéré du groupe de fuir les productions clinquantes au son compressé actuel. Choix artistique respectable, soit, mais c’est un euphémisme que de dire que Burning Fortune manque légèrement de couilles et de puissance, notamment au niveau des guitares ou plutôt de LA guitare, souvent désespérément seule. La voix de Jason Decay, si elle ne fait pas tâche vu le style pratiqué, ne fait pas vraiment d’étincelles et se contente d’assurer le job sans grand génie, loin des hurleurs stars du genre.

En dehors de ces considérations « techniques », le plus important reste une fois de plus la qualité des compos (au bout du compte il n’y a que cela qui compte finalement, non ?). Ceci est d’autant plus vrai dans un style musical où l’on ne peut pas s’abriter derrière une production énorme ou une esbroufe de technique. A ce niveau là tout commence vraiment bien avec ce "All or Nothing" qui a tout de l’opener de très grande qualité : riff efficace, énergie débordante, refrain accrocheur que l’on a l’impression de connaître depuis toujours dès la première écoute… sans doute parce que morceau est si classique qu’on a vraiment l’impression de l’avoir déjà entendu ! Malheureusement la suite ne sera pas du même niveau d’efficacité, les compos s’enchainant sans que l’on y trouve réellement quelque chose de marquant, malgré un 'Miss You to Death' agréablement vintage ou un 'Rapid City/Unchained Assault' particulièrement pêchu qui se termine par un long solo de guitare très live dans l’esprit.


Bref la NWOBHM c’était très sympa et même pas loin d’être révolutionnaire à l’époque, mais tout cela a déjà été fait et en mieux par Iron Maiden, Judas Priest et consorts. Aujourd’hui pour jouer ce type de musique un groupe doit y apporter quelque chose. Sans même oser évoquer un besoin d’originalité (je vous rappelle que l’on parle ici de Heavy Metal), le minimum est d’avoir des morceaux irrésistibles (Enforcer par exemple s’en sort très bien sans rien inventer). Ce n’est pas vraiment le cas ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7