4584

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 01 mai 2011
Sa note : 11/20

LINE UP

-Sverker Widgren
(chant)

-Johan Jansson
(guitares)

-Martin Schulman
(basse)

-Ronnie Bergerstahl
(batterie)

TRACKLIST

1)The Arrival of Armageddon
2)... Return in Flesh
3)Black Inferno
4)Ravenous
5)March for Victory
6)Through Hellfire
7)All Will Perish (The Final Liberation)
8)Slain Warriors

9)Darkness Awaits
10)From Northern Shores
11)Night of the Graveless Souls

DISCOGRAPHIE


Demonical - Death Infernal
(2011) - death metal old-school - Label : Cyclone Empire



Tandis qu’au Monopoly, la case sur laquelle le pion ne s’arrête pas peut avoir de funestes conséquences sur le déroulement d’une partie, dans le metal, sauter un album dans la carrière d’un groupe s’avère souvent sans répercussion notable quant à l’appréciation de ce dernier.  Ici, c’est l’album Hellsworn qui est passé en 2009 à travers les mailles de nos filets, alors que c’est le même distributeur qui nous avait fourni, en 2007, le passable Servant Of The Unlight et qui nous a gentiment communiqué cette année ce Death Infernal dont il est ici question. Cela nuira-t-il à la pertinence et à la qualité de cette chronique ?

Pari est pris que non, tant le créneau dans lequel évolue Demonical est classique, sinon prévisible : le death métal old school à la sauce nordique. Nous nous contenterons donc de ce que nous avons ici à nous enfourner entre les deux esgourdes, à savoir onze titres, des guitares qui crépitent comme celles de Dismember ou Edge Of Sanity à leur époque, et une ambiance morbide et malsaine qui tente de justifier le choix du nom du groupe – et celui de l’album. Une chose est sure, depuis 2007 et Servant Of The Unlight, de notables progrès ont été faits (et l'arrivée d'un nouveau chanteur n'y est pas étranger). Bien sûr, la base est strictement la même, puisque les inspirations n’ont guère changé ; mais la manière est ici plus efficace, mieux abordée et donc au final, plus efficace. Pas de quoi en faire l’album du siècle, mais pas la peine non plus de bouder son plaisir.

En effet, Demonical, s’il reste fidèle à ses sacro-saints précurseurs, parvient à pondre des titres sympatoches, comme "Through Hellfire" et son refrain marquant, les mélodies de "All Will Perish" et son chant particulièrement bien posé ou l’enragé opener "The Arrival of Armageddon". Toutefois, n’est pas Entombed qui veut, et il manque à Demonical une bonne dose de groove pour parvenir à s’extraire de la médiocrité pour tenter de se hisser vers le statut de groupe à suivre. Les riffs restent assez génériques, et les mélodies ont toujours une vague sensation de déjà-entendus (en particulier la mélodie de "Death Inferno", qui rappelle fortement un autre morceau sans que je ne parvienne à l’identifier). Du coup, si Demonical reste efficace, il se contente de régurgiter avec une certaine facilité un death old-school classique sans jamais tenter de proposer quelque chose de neuf, ou simplement d'intrigant.


Intégrité louable ou flemmingite aiguë ? Les plus pessimistes diront que tout a été dit en la matière, mais je préfère penser que Demonical se contente de refléter la masse de groupes qui sous prétexte de faire du old school, se contentent du minimum. Une formation comme Sonne Adam a récemment prouvé que respect de la tradition et identité marquée ne sont pas incompatibles. C’est ce que Demonical semble n’avoir pas encore compris, et ce même si Death Infernal est correct. Sans plus.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7