4557

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 17 avril 2011
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Elize Ryd
(chant)

-Jake E. Lundberg
(chant)

-Andreas Solveström
(chant)

-Olof Mörck
(guitare+claviers)

-Johan Andreassen
(basse)

-Morten Løwe Sørensen
(batterie)

TRACKLIST

1)Leave Everything Behind
2)Hunger
3)1.000.000 Lightyears
4)Automatic
5)My Transition
6)Amaranthine
7)Rain
8)Call Out My Name
9)Enter the Maze
10)Director's Cut
11)Act of Desperation
12)Serendipity

DISCOGRAPHIE

Amaranthe (2011)
The Nexus (2013)

Amaranthe - Amaranthe
(2011) - melodeath - Label : Season Of Mist



Amateurs de musique ultra directe, j'ai une bonne nouvelle ! Cet album risque de vous plaire ! Le concept est simple, du melodeath bien moderne avec une pléthore de chants différents, avec en sus des éléments électro. Encore allez-vous me dire, effectivement le créneau commence à être franchement bien encombré. Apparemment ça doit être viable commercialement. Remarque, pourquoi pas, étant donné que ce disque pourrait être accessible à des non-métaleux. Oui vous avez bien lu.

Le problème lorsqu’on brasse plusieurs genres c’est qu’on risque forcément d’amener de nombreuses comparaisons. La plus évidente en l'occurrence, est certainement avec les allemands de Deadlock, ce sont strictement les mêmes recettes employées. Le son est moderne au possible, mettant en avant les différents chants ainsi que les guitares, oui faut pas déconner, on a dit melodeath ! Le chant parlons-en justement. Celui délivré par la jolie miss Ryd est tout ce qui a de plus standard, ça pourrait être une chanteuse de pop... Idem pour le chant clair masculin, les deux vocalisent dans un registre identique. Celui qui est incontestablement efficace est le chant death, puissant et profond, il rassure vraiment le true métaleux sur la nature de cette musique. La guitare assène la plupart du temps des riffs pas trop élaborés mais suffisamment catchy. Certains soli sont sympas, l'occasion de voir le talent de Mörck, notamment sur celui de "1.000.000 Lightyears", où on peut entendre quelques notes en sweeping.

Alors qu'en est-il au niveau de la musique en elle-même ? Compo directe est synonyme d'accroche instantanée et c'est complètement le cas ici. Les titres s'enchaînent et se mémorisent tous facilement. Le gros reproche réside donc dans le fait que le tout se ressemble beaucoup trop, il y a une absence nette de diversité dans ce disque. C'est bien simple, chaque titre aurait pu faire le single au vu des structures identiques : couplet/refrain, couplet/refrain, solo/break, refrain. Deux chansons sortent néanmoins du lot, la ballade "Amaranthine", rien d'extraordinaire mais qui apporte une certaine variation. "Call Out My Name" exploite à fond le trip électro, et pourrait même passer en boîte de nuit avec ses beat sur le refrain. Ouhla, certains ont les poils qui se hérissent là ! Hormis ceux-là on a une dizaine de titres très ressemblants. Pour peu que vous en appréciez un, vous apprécierez les autres. Allez, si on devait en retenir trois au dessus, on pourrait citer "Leave Everything Behind", "1.000.000 Lightyears" et "Serendipity". Ces trois-là comportent les soli de guitare les plus intéressants.


Ce groupe tout juste naissant est-il destiné à un avenir long et fructueux ? Difficile à dire tellement le manque d'originalité est criant. Nonobstant on a envie d'être indulgent et de leur laisser une chance. Ce disque est frais et agréable à écouter. Seulement si le prochain est identique, là ça passera certainement moins bien. Faite le test suivant, à vos amis allergiques au métal, faite écouter cette musique, je pense qu'ils pourraient, malgré le chant death, rentrer sans problèmes dans cet album tellement il est direct. Ça résume tout.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7