4523

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 02 avril 2011
Sa note : 11/20

LINE UP

-Alexi Laiho
(chant+guitare)

-Roope Latvala
(guitare)

-Janne Warman
(claviers)

-Henkka Blacksmith
(basse)

-Jaska Raatikainen
(batterie)

TRACKLIST

1)Not My Funeral
2)Shovel Knockout
3)Roundrip to Hell and Back
4)Pussyfoot Miss Suicide
5)Relentless Reckless Forever
6)Ugly
7)Cry for the Nihilist
8)Was It Worth It ?
9)Northpole Throwdown

DISCOGRAPHIE


Children Of Bodom - Relentless Reckless Forever
(2011) - melodeath - Label : Spinefarm



Children Of Bodom fut longtemps pris comme la référence du melodeath/speed metal scandinave. A l’époque Laiho et sa bande étaient jeunes, avaient la fougue et l’audace de balancer des albums aussi racés qu’audacieux. Retour au présent, où on est loin de la grande époque qui nous donnait envie de sortir la nuit avec une cape et de jouer à la faucheuse elle-même ! Le dernier album franchement bon, Hatecrew Deathroll, commence à dater sérieusement... Blooddrunk a été lourdement critiqué, et à raison. Il est donc capitale pour le groupe de redresser la barre.

Le constat est immédiat, la musique est dans la continuité de ce qu’on pouvait entre sur leur précédent effort. Ça y est, je sens que je vais perdre beaucoup de monde. La production est identique, bien moderne, donc toujours ces mêmes manques de finesse et de personnalité. En tout cas il est clair que le groupe a fait évoluer sont style et compte poursuivre dans cette voie initiée par l’album Are You Dead Yet. Pour revenir à l'album présent, il démarre sur un trio de titres plutôt de bonne facture. Mention à "Shovel Knockout" qui par moment évoque de bons souvenirs. Le problème c'est qu'à partir de la quatrième piste, ça devient très moyen. Trou noir dans la tête du compositeur Laiho ? Des titres totalement fades se succèdent sans susciter de réelle passion.
Et il faudra patienter pour que ça redevienne consistant, notamment avec le titre "Cry of the Nihilist". Tiens donc, aurait-on droit à des paroles un peu plus recherchées ? Le nihilisme est un courant philosophique qui consiste à penser que l'existence humaine est dénuée de sens, vision optimiste en somme. Vient ensuite le morceau "Was It Worth It?" sur lequel le groupe a tourné un clip, relativement discutable, qui contribue en tout cas à renchérir le préjugé que les clips de métal sont souvent foireux. Le titre démarre de manière assez attractive, du coup on redevient carrément optimiste ! Mais ça retombe vite, après un pré-chorus efficace, un refrain complètement brouillon vient tout plomber, et un solo découpé en trois parties finit par achever le rythme.
Tout n'est pas mauvais. Techniquement parlant, c’est excellent, à chaque écoute on peut déceler des notes supplémentaires qui seraient, pour le commun des mortels guitaristes, tout simplement infaisables. De ce point de vue, on peut dire que Laiho, et d’ailleurs Latvala, ne se reposent pas sur leurs lauriers. Ceux qui apprécient le jeu des Finlandais prendront leur pied. Le clavier n'est pas en reste non plus, les nappes sont toujours moins nombreuses par rapport au passé mais les soli demeurent toujours aussi pertinents. On peut citer celui en fin du titre mid-tempo "Roundtrip to Hell and Back", titre d’ailleurs dans l’ensemble assez réussi. Par contre, vocalement pas de changement, ça parait un peu faiblard pour le genre, et c’est toujours bien moins extrême que ce qu'on a déjà pu entendre à leur début.


Qu’on ne se voile pas la face, Children Of Bodom a définitivement changé. Alors tout dépend de l'endroit où l’auditeur se place. Si vous appréciez la nouvelle ère qui a débuté avec l'arrivée de Roope Latvala et l'album Are You Dead Yet, vous passerez un moment agréable. Et encore, la moitié des titres sont vraiment moyens et ne sont clairement pas du grand melodeath. Malgré cela, il faut souligner que le groupe a su relever le niveau sur cet album ; partant du niveau quasi zéro pas difficile, me direz-vous. Pour ceux qui ont déjà abandonné le groupe, cet album a peu de chances de vous séduire, passez votre chemin.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1