4522

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 02 avril 2011
Sa note : 13/20

LINE UP

-Patrik Johansson
(chant)

-Tomas Olsson
(guitare)

-Henrik Olsson
(guitare)

-Fredrik Bergh
(claviers)

-Anders Broman
(basse)

-Pelle Akerlind
(batterie)

TRACKLIST

1)Moria
2)Drop the Bomb
3)The Ones We Left Behind
4)Reflections of Evil
5)In for the Kill
6)Together We Fight
7)The Dark Side of Life
8)Brothers of War
9)Message from Hell
10)In the Dead of Night
11)Unholy Cross

DISCOGRAPHIE


Bloodbound - Unholy Cross
(2011) - heavy metal Power Metal - Label : AFM Records




Bloodbound, groupe d'origine suédoise de power métal nous propose son quatrième album. La musique du groupe puise ses influences dans des formations telles que Iron Maiden, Helloween, Accept voire même Hammerfall. En assemblant tout ça, on obtient une sorte d'hybride de power/heavy metal. Dès les premières notes le constat est immédiat, c’est classique mais plutôt efficace.


Il faut savoir que le groupe est animé à la base par les deux frères Olsson, qui officient tous les deux à la guitare. Ce sont également eux les deux compositeurs. On peut d'ailleurs penser que c'est une configuration plutôt efficace dans un groupe de musique, le fait d'avoir deux frères. Ça apporte de la solidité à l'ensemble. Toujours dans le domaine du line up, exit Urban Breed, chanteur sur le premier et troisième album du groupe. Faudrait savoir ce qu'il veut : un coup je viens, un coup je décampe. A la place, Patrik Johansson (nom très original en Suède), nous propose un chant qui colle plutôt bien avec la musique. On perçoit néanmoins son envie de chanter à la manière d’un Bruce Dickinson.

Et si on parlait de la musique maintenant. L'opener efficace, nous fait plonger directement dans des ambiances sombres, en l'occurrence les mines de la Moria. "Drop the Bomb", fait vraiment penser à du Hammerfall surtout au niveau du refrain, en moins speed. Le titre "The Ones We Left Behind" est très « Iron Maidien » avec son intro sur des arpèges typiques des Anglais. Le refrain de ce titre s'imprime profondément dans notre mémoire. Le solo proposé est classique et prévisible mais non moins jouissif. Le tempo prend un coup de speed avec le titre suivant, là aussi le refrain est aisément mémorisable. C'est une caractéristique qu’on retrouvera pour chaque morceau de l’album.

"Brother of Wars" constitue la power ballade de l'album, elle a le mérite de faire souffler l'auditeur qui prenait cher depuis le début ! Le titre qui clôt l'album, cristallise le mieux les qualités du groupe : que ce soit au niveau de la composition, de la structure, et de l'interprétation. Le concept de ce groupe est assez vite résumé ; la musique est efficace, entêtante, prévisible mais reste agréable. L'originalité n'est pas le qualitatif qui vient à l'esprit, mais en même temps quand on puise dans des influences si fortes, difficile de s'en émanciper totalement. Au sein même de l'album on est en prise avec des redondances, des titres qui se ressemblent vraiment, c'est dommage ça diminue forcément la durée de vie d'écoute.


Au final cet album demeure agréable, et plaira sans aucun doute aux amateurs de heavy aux accents de power. Les titres sont dans l'ensemble convaincants, pas de perte de rythme notable, c'est fluide. Techniquement c'est également très plaisant, les structures des compos sont carrées, et les soli font souvent mouche. Les seuls soucis demeurent dans le manque d'originalité proposé et dans le potentiel de réécoute qui ne semble pas illimité. À la longue certains titres peuvent paraître redondants et lassants entre eux.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5