449

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Lord Necron
(tout)

TRACKLIST

1)Triomphant
2)A la mémoire de Mercure
3)Ame guerrière
4)Le retour de mon père
5)Coulée de lave
6)Frère d'Arme
7)Fils de cette terre
8)Outro-Le souffle du Volcan
9)To Asgaard We Fly (bonus)

DISCOGRAPHIE


Gergovia - Coulée de Lave
(2006) - black metal doom metal - Label : CCP Records



Il y a des combats et des concepts qui sont plus durs à faire passer que d'autres. Gergovia n'a pas choisi la facilité, du haut de son régionalisme auvergnat extrémiste. J'avais trouvé le premier méfait Déclaration de Guerre sombre et personnel aussi. Ce Coulée de Lave l'est un peu moins. C'est techniquement et surtout au niveau des arrangements que le changement se fait sentir ici. La structure des compositions se précise et la maîtrise des interventions instrumentales aussi. Ce qui n'a par contre pas évolué et qui risque encore de pousser Gergovia dans les fossés d'Alésia, c'est ce son nasillard où les guitares vibrent comme un fil dentaire, où la batterie se place en retrait, tout comme le chant, communément black metal sans recherche de variations. Le son de la table de mixage n'a pas été poussé et l'on joue ici dans une fourchette de fréquences très restreinte. C'est ce manque de puissance et de profondeur de son qui ne rendent pas toujours les écoutes agréables.

Et aussi, lorsque l'on se planque dans une niche conceptuelle telle que celle de Gergovia, il n'y a peut-être rien de plus important que de peaufiner ce dernier et le rendre crédible. Les innombrables fautes d'orthographe témoignent de cette négligence. Au-delà de ça, la facilité et le premier degré extrêmement répétitif de certaines paroles laissent à désirer. Dans toute cette vengeance primitive, la confusion des concepts et de l'Histoire peut parfois même faire sourire. Bref, ce coté de Gergovia ne me plaît guère. Musicalement, si nous citions Nehemah ou encore Forgotten Tomb dans notre chronique du précédent Déclaration de Guerre, les influences sont ici plus old school, avec des riffs parfois assez thrashy. Les passages plus lents ou atmosphériques ne manquent pas non plus et Lord Necron sait les mener efficacement.

Les claviers amènent un coté éthéré et planant indéniable. "Frère d'Arme" ne serait pas le même titre sans ces apparitions occasionnelles. Attention toutefois à cette batterie, bien trop au-delà du réel, ne faisant qu'éloigner encore la musique de Gergovia de nos oreilles avides de sincérité. "Le Retour De Mon Père" est lancinant, grave, à la façon des Blessures de l'Ame de Seth, à la fois rapide et expressif, cela fait du bien d'entendre cela. Les quelques accompagnements au chant clair ajoutent un coté païen ou peut-être auvergnat. Il s'agit je pense du meilleur titre de cet album. Coulée de Lave apporte un peu d'originalité avec son black metal atmosphérique, s'éloignant un peu de l'extrême, mais à la structure bien sentie. Dommage encore que le son du chant vienne s'écraser dessus d'un ton fluet sans conséquence. L'alternance générale des passages très rapide et lents permet à "Coulée de Lave" de s'exprimer sans tomber dans la platitude.


Il faut reconnaître aussi que Lord Necron sait montrer qu'il est parfois investi d'un sens certain des mélodies noires, qu'il développe au travers de ses titres avec une certaine conviction apparente. D'autres titres sont corrects, mais parfois trop communs, donc sans réel intérêt. Bien connu pour son extrémisme auvergnat, Unleashed fait partie de la fête avec la reprise de "To Asgaard We Fly". Mais là, autant rester sur la version originale, que le son n'arrange pas ici. En conclusion, Gergovia est un groupe bancal, à la fois inspiré et maladroit, à la fois expressif et en retrait, ...à la fois sérieux et amusant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4