4485

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 10 mars 2011
Sa note : 16/20

LINE UP

-Frantz 
(chant) 

-Laurent 
(guitare) 

-Seb 
(guitare) 

-David 
(basse) 

-Morgan 
(batterie) 

TRACKLIST

1)Slave of My Art
2)Breath of Death
3)Mental Corruption 
4)New Era
5)Bloody Sword
6)Executioner
7)Joy to Kill
8)No Turning Back
9)I Break Your Bones 
10)Chaotic System
11)The End of the Road

DISCOGRAPHIE


Henker - Slave Of My Art
(2011) - death metal brutal death pan dans tes dents - Label : Autoproduction



On pourrait en faire un slogan décalé : « Henker : la finesse et la nuance d'un monde délicat ». La formation francilienne de brutal-death avait déjà frappé fort avec sa démo de 2005, mais on dirait que durant les six ans qui ont été nécessaires pour donner naissance à ce premier album les membres du quintette ont tous chopé la rage. Plus de notes, plus de violence, plus de technique, plus de hurlements inhumains, plus de tout : telle est le principe fondamental régissant ce Slave Of My Art qui décorne tous les bœufs dans un rayon de dix kilomètres écouté à fort volume. Vlan !

Avant de parler musique il faut absolument que je me défasse d'un énorme poids : on ne dit pas « slave FOR » mais « slave TO », et vous vous en rappellerez dans vos prochaines copies d'anglais. Cette précision apportée il faut étayer le constat fait dans l'intro : le bond technique en avant entre Henker et Slave Of (sic) My Art est ahurissant. Le jeu de Morgan reste toujours aussi impressionnant d'inhumanité et de vélocité : sa maîtrise de la quadruple pédale* donne lieu à des plans de grosse caisse qui font froid dans le dos, et ses roulements comme son jeu de cymbale le placent dans la cour des plus grands mondiaux. C'est au niveau des guitares que l'évolution laisse comme deux ronds de flan : les gratteux partent désormais dans des riffs méchamment techniques, où les rythmiques les plus alambiquées sont hachées de mini-descentes de gammes supersoniques en sweeping qui laissent pas mal de formations de death technique réputées sur le carreau. Le growl de Frantz couronne le tout : si le vocaliste se contentait de bien faire le taf sur la démo, c'est désormais à un hurleur de premier choix que nous avons affaire. Mediums et graves death effrayants, suraigus black judicieusement placés ça et là, c'est du très très lourd. Le première info qui frappe est donc que Henker est devenu un groupe d'über-tueurs.

L'autre impression qui frappe d'entrée, c'est qu'on n'y comprend plus rien. Le format réduit comme le côté beaucoup moins débridé de la démo permettait d'imprimer les chansons, mais sur un album de plus de 46 minutes c'est une autre affaire... surtout quand la déferlante est permanente ! Retenir une chanson en particulier dans ce déluge de blast, de breaks, de shred guitare/basse et de cris de goret en rut relève de la gageure, et la seule chose à laquelle on peut se raccrocher sont les ruptures de ton qui fleurissent le long du chemin. On lève le sourcil quand le tsunami de violence technique laisse sa place à un thème mélodique (l'intro de "Mental Corruption"), à des samples parlés ("New Era") ou à des rythmiques en salve dont la précision rend des longueurs à Fear Factory ("Bloody Sword")... voire même Divine Heresy vu que Morgan tient la comparaison avec Tim Yeung sans sourciller. En fait le seul titre que l'on retient instantanément est "Joy to Kill", dont le feeling plus death/thrash/core de permet d'identifier immédiatement comme ancienne compo. On retient également le pont Meshuggien de "No Turning Back" et les tremolos de "No Turning Back"... mais comme à chaque fois ces plans plus atypiques sont coincés entre une multitude d'autres plans de gros death technique qui tache, ils ne suffisent pas.


Henker est passé très près du gros lot avec ce premier album : vu comment le niveau deployé et la haine fabuleuse qui émane du tout sont hors-normes, on se dit que s'ils avaient en plus réussi à faire de vraies chansons qu'on retient Slave Of (argh !) My Art aurait été ni plus ni moins que le meilleur album de brutal-death depuis des années. Fans d'extrême, gardez un œil sur ces tueurs...



*tapez "Morgan Henker Sonor Giant Step" dans YouTube pour comprendre...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6