4482

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 09 mars 2011
Sa note : 13/20

LINE UP

-Remi "Turie" Turick
(chant+basse)

-Christophe "Chris" Picoto
(guitare)

-Martin Dembski
(guitare)

-Jérémie "Jé" Brun
(batterie)

TRACKLIST

1)Lurking in the Dark
2)Zodiac
3)Greep
4)Venom
5)G.A.D.
6)Casus Belli
7)7)
Liquidators
8)Lonely Thoughts
9)Dreading
10)From Hell
11)N.D.E.

DISCOGRAPHIE


Korrosiah - Creepy Feelings
(2010) - thrash metal - Label : Pervade Productions



Entre la crise de l'industrie du disque, le manque total de couverture médiatique de notre holy métôl of steel dans l'Hexagone et le peu de moyens dont disposent les labels et autres tourneurs, il devient de plus en plus compliqué, pour un petit groupe, d'arriver à percer dans le milieu. Korrosiah, fondé à Saint-Étienne en 2005, en a certainement fait la difficile expérience, puisque le groupe aura mis 5 ans à parvenir à sortir son 1er album, Creepy Feelings. Mais force est de constater que même s'il y a encore pas mal de taff, les Stéphanois s'en tirent plutôt pas mal.

Dès le premier morceau, en effet, ce sentiment un peu gênant d'un manque de moyens évident vous prend aux tripes. La prod', sans non plus être en carton, manque singulièrement de puissance, de cohérence d'ensemble et sonne un peu brouillon. Mais passons, car il faudrait être sacrément con pour juger un groupe de métal frenchy sur sa prod'. Ils n'ont pas de thunes, ils font avec, point. Après il est clair que certains, à moyens équivalents, s'en sortent un peu mieux que d'autres. Il s'agit à présent de s'intéresser à ce qui compte vraiment, à savoir le fond du propos. Et Korrosiah, c'est du thrash m'sieurs dames. Enfin, sur le papier. Dans les faits, ce serait plutôt du power thrash, voire du heavy thrash, qui sait donc se faire progressif, n'hésitant pas à développer diverses ambiances sur un même morceau (sur ''General Anxiety Disorder'' par exemple, une des pièces maîtresses de l'album). Du son finalement bien influencé par la scène US, un peu par la scène allemande également.

L'ensemble est plutôt de qualité, assez fort techniquement, bien que les soli et les riffs un peu fouillés, qui sont légion, voient leur impact quelque peu (voire lourdement) amoindri par la prod' (désolé d'y revenir, mais force est de constater que ça fait un peu chier !). Pour le reste, un plutôt bon chanteur, même si le bonhomme est clairement plus à l'aise quand il hurle que quand il chante en voix claire. Il semble par ailleurs l'avoir très bien compris, puisque les interventions du deuxième type restent assez limitées. Mais quand on pousse un peu plus l'analyse, les choses se gâtent un peu pour nos amis de Loire. En effet, le groupe a tout de même un peu une vilaine tendance à tomber dans la démo, les plans, certes assez virtuoses, s'enchainant de manière parfois assez redondante et sans beaucoup de cohérence (''Greep'', ''N.D.E''). De plus, l'ensemble manque tout de même singulièrement de patate, le tempo ne s'élevant que trop rarement (''Casus Belli'' ou encore ''Dreading''). Les types sont bons, c'est indéniable, mais ils semblent encore se chercher. Trop de fioritures sans moyens pour les soutenir peut vite prendre la tête, et c'est hélas le sentiment qui domine après plusieurs écoutes.


Bref, un album clairement loin d'être à jeter, mais il manque encore un truc à ce groupe pour franchir un palier. Plus de liant dans les chansons, plus d'immédiateté dans les compos. Korrosiah gagnerait sans doute à mettre un peu d'eau dans son vin gorgé de technique. On a compris que vous saviez salement bien jouer les gars, mais maintenant il va falloir prouver que vous pouvez sonner plus catchy. Quand on fait du thrash, et même du métal en général, il faut savoir l'être un minimum. Allez les Verts.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2