4474

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 07 mars 2011
Sa note : 14/20

LINE UP

-Simone « Som » Pluijmer
(chant)

-Paul McGuire
(guitare)

-Kyle Rutherford
(basse)

-Allan “McDibet” McDonald
(batterie)

TRACKLIST

1)Epileptic Strobe Entrapment
2)The Bald Cadaver
3)Open Casket Priapism
4)Entombed in Butchered Bodies
5)Mangled Post Burial
6)Flesh Reflects the Madness
7)Maniacal Miscreation
8)24 Year Party Dungeon

DISCOGRAPHIE


Cerebral Bore - Maniacal Miscreation



Pardonnez-moi, ça ne fait pas très professionnel, surtout sur un site aussi sérieux et réputé que www.leseternels.net, véritable référence dans tout ce qui a trait au métal dans son ensemble, mais je vais pousser un petit : « WHAT THE FUCK ?? » L’objet de cet étonnement ? Eh bien après une bonne dizaine d’écoutes de cet album de Cerebral Bore (inconnu au bataillon en ce qui me concerne), j’ai découvert lors de mes investigations précédant la rédaction de ce papier que le chanteur de ce groupe de brutal death n’était autre…qu’une fille. « OMG HOLY SHIT, WTF ? »

Imaginez le truc : un petit bout de femme d’à peine dix-neuf ans, pas plus de 50kg toute mouillée au jugé, casquette vissée sur la tête, qui vous sort des grunts, des gruicks, des growls et autres hurlements à faire déprimer Chris Barnes, Glen Benton et Frank Mullen réunis. Une chose est sure : impossible de faire la différence à l’écoute : c’est tout simplement bluffant. Alors bien sûr, la question qui suit, c’est : quel intérêt, si elle fait tout pareil qu’un bonhomme ? D’autant plus que Simone Pluijmer (c’est son nom, elle vient des Pays-Bas) n’a rien de la belle plantureuse à la Angela Gossow pour attirer le regard du death-metalleux lubrique de base sur les promo-pics, et son charisme de scène - de ce que l’on peut voir aujourd’hui sur Youtube - n’a rien de bien folichon tant elle singe l’attitude et les mimiques de n’importe quel chanteur de death. Alors ? Eh bien il y a gros à parier que Cerebral Bore, dans sa recherche d’un vocaliste, n’a tout simplement pas trouvé mieux pour tenir le micro. Et honnêtement, ça ne doit pas être évident tant le chant, sur cet album, est efficace et puissant (même si on peut sentir le travail du mix et du studio derrière sa voix, mais sans doute pas plus que pour n’importe quel chanteur mâle). Simone est à sa place et a largement gagné sa crédibilité. Le groupe semble avoir de plus l’intelligence de ne pas en faire un atout commercial ou un phénomène de foire, donc maintenant, parlons musique.

Cela a été dit plus haut : Cerebral Bore fait du brutal death technique de bonne facture, c’est lourd, rapide, brutal, ça headbangue et ça blaste, la production est bien équilibrée. On pense immédiatement à Cannibal Corpse, Suffocation ou encore (plus récemment) Job For A Cowboy et Dying Fetus. Le tout ne dure que trente-deux minutes, donc n’espérez pas une quelconque mise en ambiance : tout ici est direct dans ton visage, avec les gimmicks de mise dans le death moderne, à savoir de fréquents changements de rythme permettant de tenir l’auditeur toujours éveillé, des riffs lents et lourds à base de palm muting bien gras succédant à des blast énervés, le tout entrecoupé de solos très bien exéc…ah non, ils ont été tellement bien exécutés qu’aucun ne se trouve sur la galette. Death brutal pur jus, donc, traditionnel et moderne à la fois, aux fortes influences US (plutôt du côté de la scène New-Yorkaise) qui plaira surement aux plus grand nombre tant l’exécution est réussie et les compositions efficaces, même si le classicisme de ce Maniacal Miscreation le rendra certainement un peu transparent par rapport à la concurrence.


En tous cas, il y a de quoi être impressionné par ce premier album pour ce jeune groupe anglais, déjà signé chez Earache et certainement promis à un avenir intéressant. Le petit buzz qui commence à poindre autour du groupe (auquel la présence d’une chanteuse aussi impressionnante n’est évidemment pas étrangère) lui permettra de se faire une réputation : à eux de ne pas se fourvoyer et de capitaliser sur leur talent plus que sur cette curiosité pour se faire un nom.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7