4458

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 21 février 2011
Sa note : 16/20

LINE UP

-Paolo Rossi
(chant+basse)

-Cristiano Trionfera
(guitare+chant)

-Tommaso Riccardi
(chant+guitare)

-Francesco Ferrini
(piano)

-Francesco Paoli
(batterie)


TRACKLIST

1)Thru Our Scars
2)Abyssal
3)Blinded by Fear (At the Gates cover)
4)Conspiracy of Silence
5)Mafia

DISCOGRAPHIE

Mafia (EP) (2010)
Agony (2011)
Labyrinth (2013)
King (2016)

Fleshgod Apocalypse - Mafia (EP)
(2010) - brutal death mélodique - Label : Willowtip



Après un Oracles en 2009 qui avait provoqué beaucoup de douleur dans la nuque et les oreilles, c‘est avec un certain enthousiasme que l’on a vu revenir les Italiens de Fleshgod Apocalypse, même si ce n’est qu’accompagnés d’un EP qu’ils se sont présentés. Mais quel EP ! Vingt-trois petites minutes de musique, cinq petits titres…mais une grande qualité d’écriture et d’exécution qui provoquent à la fois l’enthousiasme et la frustration. Dans tous les cas, c’est bon signe pour le futur du groupe qui devrait tout ravager s’il parvient à sortir un album de cette trempe…

Fleshgod Apocalypse, c’est du death métal brutal, sec et agressif, tout en étant mélodique et raffiné par endroit, avec une élégance apportée par un piano, des violons et autres arrangements bien utilisés qui n’adoucissent pas un instant la musique. Il y a un côté « Behemoth meets Vital Remains », quoique plus complexe que ces deux groupes. La technique est omniprésente, en particulier le batteur, dont on pourrait presque croire que le groupe a choisi de mettre son portrait en artwork tant il en met partout, à toute vitesse, de manière presque surhumaine à certains moment sur la double pédale (la fin de "Abyssal"….argh….). "Thru Our Scars" ouvre le bal avec une rapidité d’exécution parfaitement maitrisée et des riffs redoutablement aiguisés. Le blast brutal côtoie les moments plus posés avec des mélodies et des solos, mais l’ensemble reste totalement death-métal, simplement du death métal intelligent et travaillé. Quelques pointes de chant clair (qui ne sont pas forcément le point le plus mémorable du groupe, mais bon…) pour varier le propos, sans jamais se montrer envahissante ni pénible : là encore, le dosage est savant.

"Abyssal" range le blast non-stop pour une double pédale sur-vitaminée. De bonnes lignes vocales et un refrain à siffloter sous la douche (les amateurs de death métal comprendront) et un dynamisme qui ne faiblit pas un instant : les Italiens ont pour but avéré de nous offrir un condensé de brutalité et de mélodie, et ça fonctionne parfaitement. Rien ne choque, ni les transitions entre les différentes ambiances, ni les changements fréquents de tempo ou d’ambiance. Le titre s’achève sur l’arrivée d’un orchestre qui vient poser une atmosphère un peu black métal, et c’est le tour de l’hommage aux grands, aux puissants et aux légendaires At The Gates avec une reprise de "Blinded by Fear", sur laquelle il n’est nul besoin de s’appesantir tant celle-ci respecte son modèle. "Conspiracy of Silence" sera le dernier titre "classique" offert par le groupe, violent et sans pitié comme l’a été "Thru Our Scars", avec une très bonne utilisation du doublage vocal et là encore de la mélodie. Et, tout comme le titre "Oracles" de l’album Oracles était une pièce de piano, le titre "Mafia" de l’album Mafia sera lui aussi, une œuvre pour piano seul. Composé dans un style classico-romantique, on pense à Liszt, Chopin et Beethoven, avec un beau thème et une interprétation maniérée laissant bien volontiers croire que Francesco Ferrini a une solide formation classique derrière lui…
 

Tout cela tient parfaitement debout, et augure du meilleur pour le futur de Fleshgod Apocalypse. Alléché par cet appétissant EP, l’amateur de brutal death mélodique n’a plus qu’à prendre son mal en patience pour un album dont on espère qu’il aura la trempe redoutable de la tentaculaire Mafia



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6