4423

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 31 janvier 2011
Sa note : 7/20

LINE UP

-Freddy Alexis
(chant)

-Jualian Jabbaz
(guitare)

-Gino Mikanovic
(guitare)

-Alex Cofre
(basse)

-Juan Ignacio Ulloa
(batterie)

TRACKLIST

1) Into The Light
2) Shadows
3) Golden Path
4) Friendly Fire
5) Birds of Prey
6) Breaking the Spell
7) Metallizer II
8) Forest
9) Without You
10) The Witchblade
11) Killing Truth

DISCOGRAPHIE

Birds Of Prey (2010)

Alexis - Birds Of Prey
(2010) - heavy metal - Label : Pitch Black



Si on était sur le forum des Éternels (vous n'y êtes pas encore inscrit ? Qu'attendez-vous !), le dossier Birds Of Prey aurait été vite expédié. Je vous aurais dit en 3 lignes que cet album de heavy metal sans véritable ligne directrice était carrément mauvais et qu'il ne servait à rien de perdre son temps avec. Mais voilà, on est sur le site des Éternels et on a toujours pris l'habitude de pondre des chroniques détaillées. Et tant pis si cela signifie devoir écouter une vingtaine de fois un album sans intérêt…

Histoire de vous resituer le contexte, Birds Of Prey est le premier album d'Alexis, groupe qui porte le nom de son frontman, ancien chanteur du groupe de heavy chilien Witchblade. Ce nom ne vous dit rien ? Je vous rassure, moi non plus ! Donc voilà, le gars Freddy, il a décidé de voler de ses propres ailes (rapport à Birds Of Prey, ah ah ah) et de monter son propre projet. Le hic, c'est que Birds Of Prey ressemble davantage à une carte de visite qu'à un véritable album. On dirait un nouveau concept : l'album-crochet. Si vous voulez m'entendre chanter du speed mélodique, tapez 2 ; du hard FM, tapez 3 ; du metal lourd et evil, tapez 5 ; du true metal, tapez 7… Bref, Alexis se cherche et semble avoir du mal à se trouver, parce qu'il n'y a pas grand-chose à sauver, tant l'album cumule les handicaps.

Premier truc qui saute aux oreilles, la production complètement ratée, tant au niveau de la batterie que des guitares, dont le son est vraiment… particulier. Puis ensuite, c'est la vacuité des compos qui apparaît comme une évidence au fil des écoutes. On sent bien que celles-ci ont été écrites pour mettre en valeur le chant, et derrière c'est le désert. Il faut attendre "Breaking the Spell" pour pouvoir se mettre un break sympa sous la dent. Au final, sur un plan purement instrumental, pas grand-chose à retenir hormis le riff très Symphony X de "Shadows", une influence qu'on retrouve également sur le solo aux accents néoclassiques. Le groupe a donc pris le pari risqué de s'en remettre presque entièrement à la performance de son chanteur. Et à l'évidence, c'est un pari perdu.

En donnant son nom au groupe, on s'attendait à ce que Freddy Alexis soit le principal atout de ce projet, or il s'agit presque du maillon faible. Déjà, pas de chance pour lui, son timbre n'est pas très agréable. Ses médiums sont très corrects, comme en témoigne "Golden Path", un titre de hard FM bien foutu ; par contre, ses montées dans les aigus s'avèrent plus d'une fois très crispantes, comme sur le refrain de "Shadows". Pire encore, le chanteur a souvent la mauvaise idée de mettre en avant des lignes de chant peu maîtrisées, comme sur le refrain de "Friendly Fire" où la mélodie la plus haute est privilégiée dans le mix. Déjà que ce morceau était plombé par sa diction très mécanique… Enfin, lorsqu'il tente de singer le Rob Halford de l'époque Painkiller sur "Metallizer II", c'est carrément insupportable.

Alexis a eu la lucidité de se dire que 8 titres dont une intro et une conclusion bizarre, ça faisait un peu léger comme programme, alors il a décidé de taper dans le répertoire de son ancien groupe pour meubler. Je passe rapidement sur "Without You" : le titre à lui seul nous promettait un truc mielleux, c'est en fait bien en dessous de la vérité tellement ça dégouline. En revanche, les deux autres titres sont plutôt pas mal. "The Witchblade" avait pourtant de quoi faire peur, avec ce début à cappella noyé sous les effets, mais ce titre de speed mélodique générique s'en sort pas trop mal. Idem pour "Killing Truth", un titre de heavy mélodique doté d'un très bon refrain, une denrée rare sur cet album. Bref, les titres de Witchblade sonnent mieux que ceux d'Alexis : ça la fout un peu mal…


Alors oui, je sais, il faut respecter le travail des artistes, bla bla bla… Il faudrait peut-être aussi que les artistes aient un peu de talent s'ils veulent vendre des albums. Je peux aussi proposer de faire payer l'entrée pour les matches de l'ES Nocé pour « respecter les efforts des sportifs », mais personnellement, je n'ai pas tellement envie de me retrouver devant le tribunal pour escroquerie vu la piètre qualité du spectacle proposé. Alexis et Pitch Black devraient aussi y réfléchir avant de commercialiser un album aussi faible…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5