4409

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 16 janvier 2011
Sa note : 8/20

LINE UP

-Phil Anselmo
(chant)

-Pepper Keenan
(guitare)

-Kirk Windstein
(guitare)

-Rex Brown
(basse)

-Jimmy Bower
(batterie)

TRACKLIST

1) Lynergic Funeral Procession
2)
Lifer
3)
Losing All
4)
Rehab
5)
New Orleans Is a Dying Whore
6)
Ghosts Along the Mississippi
7)
Learn from This Mistake
8)
Underneath Everything
9)
Temptations Wings
10)
Something on My Side
11)
Hail the Leaf
12)
Lies
13)
The Seed
14)
Eyes of the South
15)
Jail
16)
Stone the Crow
17)
Bury Me in Smoke

DISCOGRAPHIE


Down - Diary of a Mad Band
(2010) - stoner gros stoner du bayou - Label : Roadrunner Records



Voir Down en Live, c'est quand même quelque chose. L'immense charisme d'Anselmo (sa mégalo aussi), la chape de riffs du duo Keenan/Windstein et le groove trainant, délicieusement sudiste de la section rythmique, on n'est pas bien loin de l'orgasme musical. Mais cette espèce d'alchimie, cette immense jouissance collective que tous ceux qui ont assisté un jour à un concert de Down ont ressentie, serait-elle transposable sur galette de plastique? Allons-y sans ambages : la réponse est non.


Tout est pourtant réuni : une tracklist longue comme le bras, tirée de la pachydermique tournée qui a suivi la sortie de II : A Bustle In Your Hedgerow, un groupe en grosse forme, visiblement très heureux de se retrouver pour jouer ensemble et un Phil Anselmo toujours aussi « présent » (un peu trop même) : tout est en place. Pourtant si le père Anselmo a retrouvé la forme, il n'en est pas de même pour sa voix et force est d'avouer que tout au long de ce « témoignage », on a de la peine pour lui, tellement il sort les rames pour aligner ses lignes de chant. Le summum de l'horreur étant atteint sur la mythique "Jail". « The horror » comme disait Conrad. Pour de vrai. À tel point qu'à certains moments on a l'impression d'écouter un vinyle qui tourne à vitesse inconstante. Quelle déception.

Surtout que derrière (et le mot est faible tellement la voix d'Anselmo est placée devant et couvre les musiciens) ca s'aligne au garde à vous et ca envoie du bois du bayou ! Les gros gros riffs sont là, les meilleurs morceaux aussi. Piochant allégrement dans les 2 premiers albums la tracklist aligne les morceaux de bravoure : "Lifer", "Rehab", "Ghosts", "Mistake", "Eyes of the South", "Stone the Crow", etc... Du lourd, du très lourd. Sans oublier le gros pavé "Bury Me in Smoke" en guise d'au revoir. Bref, tout est réuni pour que ce soit le gros truc ! Ah ça le sera pour tous ceux capables de faire abstraction des à-côtés de Philou... Pour les autres, à l'instar de votre serviteur, ça va être un calvaire. Ou presque. Parce que, fort heureusement, le niveau de forme d'Anselmo fluctue. Du coup certains morceaux échappent au massacre : "Learn from My Mistake" est magistrale et colle les frissons à coup sûr. "Eyes of the South" et son intro fracassante (à peine gachée par la mégalo d'Anselmo) brise la nuque, le "Rehab" est impeccable grâce à un Anselmo pour le coup irréprochable. Grosse calotte.


Au final, à l'écoute de ce témoignage audio, on a un peu de peine pour les mecs présents ce jour-là et de la peine à croire que les gars n'avaient pas un concert un peu plus « propre » sous la main... Notamment ceux issus de la tournée Over The Under ! Bref : la qualité n'est pas au rendez vous... Espérons qu'il n'en soit pas de même avec le DVD!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6