4367

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 12 décembre 2010
Sa note : 13/20

LINE UP

-Chase Butler
(chant)

-Jason Leombruni
(guitare)

-Roman Koester
(guitare)

-Jon Greene
(basse)

-Tim Shearman
(batterie)

TRACKLIST

1)Creation
2)The Seed of Annihilation
3)All Too Human
4)The Approaching Tempest
5)The Avarice of Man
6)Of First and Last Thing
7)Armies of Damnation
8)Inflict De-Creation
9)The Union....
10)...And Its Own
11)Awakening
12)Reduced to Ruin
13)The Relapse of Humanity

DISCOGRAPHIE


The Red Shore - Avarice of Man
(2010) - death metal brutal death technique un peu -core - Label : Roadrunner Records



The Red Shore. Une bande de djeun's australiens, un look et un nom plutôt dans la hype (enfin comparé à des noms comme Cannibal Corpse ou Cattle Decapitation, au hasard), à vrai dire je m'attendais à chroniquer du deathcore, qui comme chacun sait est un style qui charrie quand même une sacrée dose de groupes tous moins intéressants les uns que les autres. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne m'a pas fallu 15 écoutes pour mesurer mon erreur. The Red Shore, c'est du death technique, la lourdeur en plus, point barre.

En effet, les Australiens évoluent fort loin des gros clichés deathcore qui ont tant la côte ces temps-ci. Non, c'est plutôt du côté de chez Death, Obscura ou encore Nile qu'il faut aller chercher les principales influences du quintette. La seule touche qui pourrait éventuellement les rapprocher de la mouvance précitée est à rechercher dans la production. Celle-ci, d'une lourdeur assez monstrueuse, caractérise généralement les groupes de deathcore friands de beatdowns bien gras plutôt que les chantres du death technique, plus enclins à privilégier une production plus sèche afin de mettre les guitares au premier plan. Ce choix fait par les Australiens est d'ailleurs à mon sens quelque peu malheureux, puisque la présence hyper prégnante de la basse et le côté très sous accordé des guitares nuisent parfois un peu à l'intelligibilité de l'ensemble, la lead se retrouvant parfois légèrement noyé sous une nappe de bourrinage lourdissime, surtout lorsque le groupe accélère le tempo, ce qui arrive assez souvent. Mais cet aspect reste finalement assez peu dérangeant sur la majorité des compos, et surtout permet au combo de dégager une puissance de feu assez titanesque, ce qui est toujours appréciable en matière de death metal. Bref, imaginez-vous Armed For Apocalypse jouant du death technique et vous aurez une bonne idée du rendu.

Mais au-delà de cet aspect qui fait un peu l'originalité du combo, que se passe-t-il? Eh bien ma foi on assiste à une assez belle démonstration de tech-death des familles, assez classique dans son approche et dans la construction des compos, à ceci près que le groupe, afin de jouer de son côté « plus gras que la moyenne », émaille ses pistes de séquences se rapprochant quelque peu des gros breaks deathcore sans jamais vraiment en devenir (''The Avarice of Man'' notamment). Le reste du temps, le groupe propose une soupe à la violence somme toute assez classique, alternant couplets brutal death technique utra rapides, bourrins et absolument injouables comme il se doit (,"The Seed Of Annihiliation'', "Of First And Last Things'', etc.) et des séquences beaucoup plus old school dans l'esprit, alliant avec bonheur un groove de bûcheron mid tempo à la lourdeur extrême des guitares (''Armies of Damnation'', ''The Avarice of Man'', etc). Le tout est bien évidemment porté par deux guitares impressionnants, enchaînant sans relâche des plans tous plus casse-gueule les uns que les autres (toi, guitariste amateur, attaque-toi à un ''Inflict Decreation'' et pleure...). La section rythmique est dans la même veine, le bassiste et le batteur accomplissant mille prouesses afin de suivre les deux six-cordistes fous dans leurs assauts. Le chant est à mon sens quelque peu en retrait niveau qualité : puissant et guttural à souhait, maitrisé, le frontman use d'un chant brutal death hyper classique très efficace certes, mais sans aucune modulation ni variété, ce qui lasse un brin à la longue. Cela dit, le gars fait le boulot et amène à l'ensemble une violence et une hargne supplémentaires, s'il était besoin.


De manière générale donc, un album d'une qualité indéniable, brillamment exécuté, mais qui comme tout album de brutal death technique (sauf les quelques tueries et piliers du genre), finit par lasser par manque de variété dans les compos. Aucun morceau ne ressort véritablement de ce pavé aussi monolithique qu'exigeant, si ce n'est peut-être l'excellent ''The Avarice of Man'', un poil plus immédiat que ses comparses, du moins à mon sens. Bref, si vous êtes fans du genre vous pouvez vous jeter sur cet opus les yeux fermés, il vous satisfera pleinement. Pour les autres, l'ensemble risque d'être un tout petit dur à digérer...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2