4307

CHRONIQUE PAR ...

71
Arroway's
Cette chronique a été mise en ligne le 26 octobre 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Sébatien Chapiot
(chant)

-Etienne Caplain
(guitare)

-Mickaël Merone
(guitare)

-Maxime Vanoli
(basse)

-Lucas Dorier
(batterie)

TRACKLIST

1)Item Zero
2)Amnesy
3)Orion
4)The Journey
5)Optical Sphere

DISCOGRAPHIE

EP (2010)

Ellyptik - EP
(2010) - hardcore mélodique progressif "djent" - Label : Autoproduction




Un EP prometteur, c'est ce que nous propose le groupe Ellyptik avec ce tout premier enregistrement réalisé cet été. Cinq titres et 19 minutes pour une démonstration studio propre et sérieuse qui surfe sur la vague d'un métal principalement instrumental, aux sonorités modernes et très mélodiques. Les amateurs de métal technique qui relève d'une certaine tendance progressive seront ravis de découvrir ce groupe français qui se fraye doucement une première ouverture dans le paysage sonore.


On entame "Item Zero" sur quelques notes électriques discrètement accompagnées de bruits de cymbales réarrangés avant d'ouvrir sur les gros riffs de résistance : une base massive, à la rythmique saccadée et répétitive, surmontée d'une ligne de guitare continue qui boucle sur quelques notes. Viendrait ensuite ce que d'aucuns appellent une partie « djent » : l'expression est à la mode (par exemple avec le groupe Periphery), on essaierait même de nous faire croire qu'il s'agit d'un nouveau courant musical. Pourquoi pas. Quoi qu'il en soit, on notera principalement est une superposition de couches mélodiques aux guitares qui s'entremêlent sur des rythmiques plus ou moins syncopées. Mais pour ce qui concerne l'écoute d'Ellyptik, l'oreille de ne butera pas sur des structures démesurément complexes, peut-être du fait de la répétition des riffs principaux dans les compositions. Ainsi, on ne pensera pas vraiment « prog » en écoutant cet EP : les morceaux sont courts, très centrés sur un thème principal dont ils dérogent peu, s'attardant même un peu trop longtemps sur certains passages.

Les morceaux s'enchaînent de manière fluide. L'EP peut même donner l'impression de n'être formé que d'un ou deux morceaux seulement tant les thèmes et les techniques de compositions sont homogènes. Un autre facteur est également susceptible d'expliquer cet effet : le chant. La moitié du temps, il s'agit plutôt de textes parlés comme au travers d'un microphone ou un équivalent, comme sur les couplets de "Amnesy" ou sur "Item Zero". Le procédé n'est pas franchement original mais il contribue à créer une atmosphère cohérente autour de la musique. Pour ce qui est des parties chantées à proprement parler, elles sont malheureusement plus faibles. La voix sonne de manière trop tendue, avec un manque de rondeur et de finesse dans le grain qui est perceptible par exemple dans les refrains de "Amnesy" ou de "Optical Sphere". Au lieu de l'amplifier, ceci amenuise en partie le potentiel mélodique des morceaux. Passant d'un morceau à un autre, il est difficile d'en relever un plus significatif que les autres sinon de par la performance vocale plus ou moins réussie.


Ellyptik fait toutefois un bon début avec cette première production. L'ensemble est agréable et, à nouveau, très fluide à écouter. Certaines tendances dans la composition pourraient cependant révéler leur limite sur un opus plus conséquent, de même que la qualité des parties vocales, mais cela n'est pas tout à fait encore à l'ordre du jour. À suivre, donc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1