427

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Blackheim
(tout)

+ Dan Swanö en guest

TRACKLIST

1)The Castle Of Blackheim
2)Blackheims Quest To Bring Back The Stolen Autumn
3)Beyond The Spiritual Moon
4)The Sphere In Blackheim's Shrine
5)Under The Banner Of The Sentinel
6)Blackheims Forest Kept The Seasons Forever
7)The Darkblue Seajourneys Of The Sentinel
8)Blackheims Hunt For Nocturnal Grace
9)Ravendusk In My Heart

DISCOGRAPHIE


Diabolical Masquerade - Ravendusk In My Heart
(1995) - heavy metal black metal - Label : Adipocère



Il est peut-être plus facile d’avoir un avis détaché sur ce premier album du maître Blackheim sous le nom de Diabolical Masquerade, maintenant que cette entité s’est éteinte d’elle-même dans les méandres de l’inoubliable. Petit retour en arrière, donc.

Anders Nyström (Katatonia, Bloodbath) se lance en 1995 dans l’aventure Diabolical Masquerade, sorte de heavy/black metal très personnel, toujours un peu en dehors des normes de la scène de l’époque. Ce qui est un peu particulier avec cet album, c’est que son écoute nous plonge très vite dans un univers particulier, déjà très abouti. Chaque titre est une somme de bon sens, d’ingéniosité et surtout un plongeon assez radical dans le monde très personnel de Blackheim. Inutile de dire que le fait d’avoir conçu cet album de toute pièce sans l’aide de personne, excepté Dan Swano sur quelques chants et sur la totalité de la production, confère à ce dernier une couleur très intime et dans ce cas très noir. Parce que si Diabolical Masquerade peut être considéré comme du heavy/black dans son exécution, l’atmosphère qui règne sur cet album s’approche plus dus black/dark.

Les claviers sont assez peu utilisés sur Ravendusk In My Heart, ici et là pour souligner un riff ou une transition comme sur le titre "The Sphere In Blackheims Shrine". Sur cette même composition, ils finissent une partie lente et mélodique pour laisser enchaîner une reprise bien plus extrême et sans concession. La grande arme de Blackheim sur cet album comme tous d’ailleurs, jusqu’à Death's Design, ce sont les ambiances soulevées à la guitare acoustique. Dès les premières notes de "The Castle of Blackheim" aux transitions glauques de "Blackheims Forest Kept The Seasons" Forever jusqu’à l’intro de "Blackheims Hunt For Nocturnal Grace", dernier titre, les parties acoustiques posent le monde que s’est créé Blackheim sur un coton de sang et de mélancolie.

Coté inspiration, on y trouve de tout et à la fois quelque chose de réellement unique, qui indiquait déjà que Diabolical Masquerade allai devenir une entité à part entière sur la scène extrême. Dès les premiers titres ("The Castle Of Blackheim"; "Blackheims Quest To Bring Back The Stolen Autumn") le mid tempo est placé. Ceci n’est souvent qu’un leurre parce que les accélérations purement folles viennent assassiner l’esprit, quand ce n’est pas un chant tout monstrueux et grave. Les compositions prennent sens au fur et à mesure qu’elles sont dénouées parce que le compositeur ne rechigne pas les refrains, effets de styles et couplet de paroles. C’est ainsi que prennent vie des titres comme "Blackheims Quest To Bring Back The Stolen Autumn", le très black metal et sans compromis "The Sphere In Blackheims Shrine" ou encore le très bon et heavy "Ravendusk In My Heart" dans lequel intervient Dan Swano. Et quand Blackheim se met à pondre quelques riffs heavy, c’est toujours au-delà du commun, le contre-temps reignant en maître ("The Castle Of Blackheim", "Ravendusk In My Heart"...) Plus tranquille que les autres, "The Darkblue Seajourneys Of The Sentinel" possède quelque chose de plus tragique, peut-être par ces nappes de claviers en arrière temps, et en même temps un coté plus rock.

Le chant de Blackheim possède avec son coté déchiré un cachet très torturé et chaque titre est une démonstration des capacités incroyables de Blackheim en la matière, surtout lorsque c’est au service des ambiances sombres et violentes à la fois. Bref, Ravendusk In My Heart fut le premier volet des quatre albums composant la carrière du groupe, et ne peut pas être considéré comme une introduction de la carrière de ce groupe sinon comme un véritable et presque culte album de black metal. Dailleurs, si cet album sortait aujourd’hui, il serait encore d’actualité vu la richesse de composition.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7