4249

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Don Cochino
(chant+guitare)

-Reverend Mausna
(basse)

-Rector Stench
(batterie)

TRACKLIST

1)Lynndie (She-Wolf Of Abu Ghraib)
2)Invisible Empire
3)The Amp Hymn
4)The Passion Of Lucifer
5)Got Milf?
6)Human Garbage
7)Apotemnophiliac
8)No Guts, No Glory
9)Same Shift - Different Asshole
10)Fear The Grand Inquisitor

DISCOGRAPHIE

Ampeauty (2004)

Pungent Stench - Ampeauty
(2004) - death metal - Label : Nuclear Blast



Voilà un grand du Grind Death autrichien qui a quitté ses rangs pour une place au sein de la scène lourde et décadente. Loin du primitif et brutal For God Your Soul, …For Me Your Flesh en 1990, et après un retour remarqué en 2001, Ampeauty se veut propre, carré et direct, tout en gardant une petite dose de quelque chose qui fait que Pungent Stench reste un groupe sauvage. L’artwork est moins cru que certains disques précédents, mais conserve l’identité nécro du groupe. Et puis avec un titre d’album comme Ampeauty, le vice est poussé jusque dans les jeux de mots morbides.

Dès la première écoute et au premier titre "Lynndie (She Wolf Of Abu Ghraib)", on comprend où veut nous mener Pungent Stench et avec quelles armes il parviendra à ses fins. Point de bordel, point d’emballage gore incontrôlé, mais des riffs travaillés, puissants sans être ultra speeds, des refrains qui tiennent la route sans avoir à faire dans la démonstration. Les compos "Invisible Empire" et "Same Shit - Different Asshole", frôlent le Thrash puissant des années 80’-90’. Une impression de force contrôlée, donc, se dégage de Ampeauty, et même si le sont tout autant que les ingrédients lui donnant vie restent très basiques, chacun des morceaux a sa petite touche propre et groovy. Comme à son habitude, on entre avec la signification des titres dans le n’importe quoi: "Same Shit-Different Asshole", "Apotemnophiliac", "Got Milf’"… Bref comme les anciens "Pulsating Proplasma" ou "Bonesawer".

"Got Milf’" d’ailleurs est un très bon titre bien mené, puissant et indestructible. Le chant de Cochino Servant a ce petit quelque chose qui fait vivre une composition, ce petit quelque chose qui donnerait vie à du Verdi. Le chant est crade, fort, décadent, avec un côté Thrash d’antan. Quelques samples sont utilisés ici et là, mais sans abus, comme l’intro mort-vivantesque de "Apotemnophiliac", titre taillé pour la scène avec une basse ultra présente, des rythmiques à contretemps, et un chant qui ferait peur à un cochon déjà égorgé. Bonnes parties de headbanging en vue…

Même si basique à la première approche, les rythmiques mènent les compositions à terme de manière brillante. On sent la maîtrise de l’âge. "No Guts, No Glory" présente des rythmiques variées et intéressants, par à-coups, lentes, boostées… Le tout mené par des vocaux puissants avec une fin plutôt… de bon goût! Le batteur ne fera pas de folie sur cet album. On pourrait lui reprocher dans son jeu simple et direct de mettre de coté un jeu plus sensible et nuancé. Non qu’il ne soit pas varié, mais simplement que tout est au même niveau. En même temps, Pungent Stench a-t-il besoin de cela, son seul objectif étant de nous faire exploser son Death à la figure, et sans délicatesse?! Non? Bon, alors bienvenue dans un monde d’amputés et d’amputeurs!





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2