4199

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 23 août 2010
Sa note : 7/20

LINE UP

-Katon De Pena
(chant)

-Glenn Rogers
(guitare)

-Lance Harrison
(guitare)

-Steve Harrison
(basse)

-Jorge Iacobellis
(batterie)

TRACKLIST

Barrage of Noise :

1)Murder One
2)Barrage of Noise
3)Walk With Death
4)Broken Neck
5)Jade
6)Mouth Sewn Shut
7)Beyond the Church (pt 1)
8)French Pearl


Chaos And Brutality :

9)Chaos and Brutality
10)Walk With Death (re-recorded)
11)100 000 Strong
12)Lucifer's Inferno (reprise)


Assassins Of War :

13)Lucifer's Inferno
14)Summon the Death Dealers
15)City of the Dead
16)Invasion
17)Assassins of War

DISCOGRAPHIE


Hirax - Noise Chaos War
(2010) - thrash metal - Label : Black Devil Records



«-Oh yeah ! Un nouveau skeud de Hirax !
-Hirax ? C'est qui ?
-Tu connais pas ? Pourtant c'est culte ! Un groupe de thrash né au début des années 80 dans la Bay Area, dans le même berceau que toutes les légendes du genre ! En plus c'était un des tout premiers groupes de metal avec un frontman noir !
-Ah ouais ? Et niveau musique ?
–Comment ça ?
–Ben, musicalement, ça vaut quoi ?
–Mais on s'en fout, puisque je te dis que c'est culte !
»


Voilà pour un condensé pas très flatteur, mais néanmoins assez juste de la carrière d'Hirax. D'abord une première vie dans les 80's, avec 2 albums pas franchement impérissables et qui ne raviront que les amateurs en quête d'une collection la plus exhaustive possible, avant une séparation dans l'anonymat le plus complet ; puis une reformation à l'aube des années 2000 dans un esprit assez undergound : en 10 ans, 2 nouveaux albums studio et un live, mais aussi une flopée de splits (ces vynils partagés entre plusieurs groupes) et d'EP, dont certains de très courte durée (moins de 10 minutes) et uniquement pressés en vinyl picture disc pour les collectionneurs. Ce Noise, Chaos War n'est d'ailleurs pas un nouvel album, mais une compilation de 3 de ces EP : Barrage Of Noise (2001), Chaos And Brutality (2007) et Assassins Of War (2007 également). Une compilation faite un peu la va-vite : il aurait été plus judicieux d'inverser ces deux derniers EP, histoire que la reprise du thème de "Lucifer's Inferno" arrive après le morceau principal, et non juste avant comme c'est le cas ici. Mais bon, passons…
Barrage Of Noise, l'un des premiers enregistrements d'Hirax après sa reformation, nous montre le visage d'un groupe un peu paumé. On y trouve pêle-mêle du thrash/punk énergique à la Sodom ("Murder One"), du thrash un peu plus classique ("Mouth Sewn Shut"), du crossover expédié en moins d'une minute ("Barrage of Noise"), du heavy ("Beyond the Chruch pt 1") et même deux instrumentaux s'apparentant plus à des interludes : l'un construit sur deux accords ("Jade"), l'autre étant un exercice acoustique peu marquant ("French Pearl"). Point commun à ces 8 titres : une certaine médiocrité. Les riffs sont vraiment pauvres en général et les compos ne sont pas du tout peaufinées, à l'image du final de "Murder One" qui sort de nulle part, ou de "Beyond the Church pt 1" dans sa globalité, avec des plans collés n'importe comment. Alors si on rajoute une production digne d'une démo et des soli joués avec les pieds… Pas grand-chose à sauver donc, hormis "Mouth Sewn Shut" pour les plus indulgents. Pas mieux du côté de Chaos And Brutality : le morceau-titre présente un mélange sympa entre côté old school et modernité, mais le reste est tout à fait dispensable : une version réarrangée de "Walk With Death" toujours plombée par ce refrain neuneu (« Walk with death / You will live / Walk with death / You will die », génial…), un mini-instru de 2 minutes qui aurait pu faire une intro tout juste correcte ("100 000 Strong") et la fameuse reprise du thème de "Lucifer's Inferno", 1 minute 20 parfaitement inutile au compteur.
Il faut donc attendre Assassins Of War pour avoir enfin quelque chose à croûter. "Lucifer's Inferno" se situe dans une veine proche de "Chaos And Brutality" : courte (environ 3 minutes), nerveuse, avec encore une fois une rythmique marteau piqueur à la Anthrax (on pense pas mal à "A.I.R."). "Summon the Death Dealers", pavé de 8 minutes, assure également avec sa rythmique heavy qui se marie très bien avec le chant agressif de Katon de Pena. Signalons pour une fois une doublette prérefrain / refrain vraiment efficace et catchy, chose assez rare sur les 17 titres ici présents. De quoi passer sous silence le plan d'intro trop proche de "South of Heaven". Dommage que dans la foulée, "City of the Dead" nous ramène dans le thrash insipide trop souvent pratiqué par Hirax. "Invasion" est beaucoup plus intéressante : lente, menaçante, Hirax nous montre là une autre facette, même si l'influence Slayer est omniprésente sur ce morceau encore une fois assez court. Pour finir, "Assassins of War" nous offre un curieux mélange entre passages à la Slayer (ces descentes de toms !) et refrain chanté à la Lääz Rockit.

Depuis 2001, Hirax évolue dans une approche assez underground de la musique, et c'est un choix éminemment respectable ; mais si le groupe compte revenir à la lumière avec cette collection de 17 titres pour le moins hétérogène, c'est raté. Les meilleurs titres sortent du lot davantage par contraste avec les autres que par leurs qualités intrinsèques, qui atteignent rarement et ne dépassent jamais le stade du thrash sympa de seconde zone. Quant aux plus mauvais, c'est presque une épreuve à ce niveau… Bref, à zapper, et sans regrets.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6