4194

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 06 août 2010
Sa note : 14/20

LINE UP

-Graav
(chant+guitare)

-A
(guitare+basse)

-Necromorbus
(batterie session)

TRACKLIST

1)Den Skrivna Eskatologin
2)De Vanhelgade
3)I Am
4)Cold Eon

DISCOGRAPHIE

I Am (EP) (2010)

Armagedda - I Am (EP)
(2010) - black metal - Label : Agonia Records



Armagedda sort un EP, oyez ! Armagedda est culte, oyez ! Armagedda est suédois, oyez ! Armagedda a déjà 3 albums, autant d’EP et autant de splits, oyez ! Armagedda a un son crade et grésillant, oyez ! Bref, Armagedda a le parfait attirail de l’entité culte et obscure. Obscure bien sûr, qui connaît Armagedda à part un cercle d’initiés ? Voilà comment on entre en contact avec le groupe en 2010, avouez que ça a de la gueule non ? Le seul problème avec les groupes cultes underground qui sortent des albums sans prévenir, c’est qu’ils ont souvent du mal à résister à l’épreuve de la réalité. Epreuve que s’apprête donc à subir Armagedda (vous avez imprimé le nom du groupe, c’est bon ?).

Son sale, crade, cru très proche d’un Darkthrone à l’époque où le groupe faisait encore du black metal (Panzerfaust pour être plus précis), il ne surprend absolument pas mais à le mérite d’être très clair et sans compromis. A une époque où la propreté a tendance à prendre le pas, c’est un plaisir que d’entendre un disque aussi sale et presque ridicule. Presque, car au lieu de cela, il devient particulièrement alléchant. Black metal, ces 2 mots suffisent à définir la troupe du Nord. Le reste serait presque superflu tant ils s’attèlent à s’en tenir uniquement à ce précepte. Riffs simplissimes, chant râclé (rappelant un certain Nocturno Culto), compositions comportant peu de variations. S’arrêter à cela serait réducteur cependant. Le groupe réussi à varier les plaisirs ne serait-ce que par quelques variations de tempo. Et, ô surprise, le blast n’est pas du tout la règle. Ensuite, tel un Ondskapt, il sait introduire des harmoniques au sein d’une chanson. Cela ne rend pas la musique riche, mais l’aère considérablement, l’empêchant de s’effondrer sur elle-même.

Les riffs qui tapissent le tout et tissent la trame principale sont répétés, pas excessivement, et juste ce qu’il faut changeants pour ne pas ennuyer. Leur froideur est à son maximum, bien aidés qu’ils sont en cela par un son digne d’une répétition dans un garage humide et sombre. L’accumulation de bonnes surprises fait qu’au final, la musique de cet I Am comporte plus de couches qu’on ne voudrait bien l’admettre de prime abord. L’effet n’est pas une richesse démesurée, elle serait malvenue, mais la sensation agréable d’avoir une ambiance fournie, oppressante et glaciale. C’est un des buts ultimes du black et il est ici magnifiquement atteint. Les 4 pistes sont distinctes par les riffs qui les composent, mais absolument pas par l’ambiance qui les enveloppe. Cet EP devient homogène au possible et donc imperméable à tout non-adorateur de black metal. C’est parfait, car c’est une affaire entendue d’avance, pour les spécialistes qui aiment ce genre de musique incroyablement réduite dont tout l’intérêt repose sur une atmosphère au cordeau.


Cet EP ravira certainement les fans du groupe, les fans de black metal tendance true qui ne connaissent pas le groupe et c’est tout. C’est largement suffisant quoiqu’il en soit. Le black metal n’est pas là pour plaire aux autres, qu’il reste dans sa cage de glace. Merci la misanthropie.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3