4146

CHRONIQUE PAR ...

75
Francion
Cette chronique a été mise en ligne le 04 juillet 2010
Sa note : 16/20

LINE UP

-Trinity
(chant)

-Jason
(guitare)

-Ryan
(guitare)

-Trent
(basse)

-Greg
(batterie)

TRACKLIST

1)A Heap of Ashes
2)This Untamable Fire
3)Echoes of Her Dying Silhouette
4)Flesh Eating Flesh
5)Follow the Stench of Greed
6)Lost in the Dark
7)Second Thought
8)The Forgotten

DISCOGRAPHIE


Ischemia - Trials And Tribulations
(2010) - hardcore doom metal punk - Label : Autoproduction



Avec Trials And Tribulations du groupe Ischemia on n'est pas au bout de nos surprises c'est le moins que l'on puisse dire. En effet, ce groupe originaire des États-Unis mêle deux styles musicaux aux antipodes l'un de l'autre: le crustcore et le doom metal. Ce premier plus connu des punks que des metalleux est issu d'un mélange de street punk, de chaos punk et de punk hardcore, un style qui mêlé à du death metal donne du grindcore, on est donc bien loin du doom metal, né avec Black Sabbath (profitons-en au passage pour regretter le décès du grand Ronnie James Dio dudit groupe).

On pourrait se dire que le mélange du crustcore et du doom metal est impossible, ce qui paraîtrait logique. Et bien Ischemia nous prouve le contraire avec cet album qui gagne à être écouté. Les huit morceaux qui composent cet album sont en effet des perles à découvrir et apprécier. Avant d'en écouter la musique attardons-nous un peu sur le visuel de l'album. Noir et blanc comme pour les albums de true black, le dessin paraît parodique et laisse penser à un groupe qui s'éloigne de la scène metal pour se permettre de la tourner en dérision. On est là dans une optique proche de Gronibard et de son pornogrindcore parodique. Le premier morceau de l'album, ''A Heap of Ashes'', commence plus doom que crust et ce sur à peu près une minute puis le son devient plus «garage rock» peu avant l'arrivée de la voix bien plus crust que doom. Mais le rythme reste relativement lent et les riffs sonnent doom. Des passages instrumentaux lents ponctuent le morceau, qui finit par un grincement d'ampli qui renvoie à la scène grunge/garage.

Les deux pistes suivantes, ''This Untamable Fire'' et ''Echoes of Her Dying Silhouette'' sont plus crust mais restent lentes et les riffs continuent de sonner doom ou sludge. Musicalement, il n'en faut pas plus pour se rendre compte que Ischemia ne nous propose pas quelque chose de fait à l'arrache pour la dérision ou autre mais que le groupe possède une vraie technique instrumentale peaufinée afin de nous rendre une version crustcore d'un doom metal remanié de manière professionnelle. Le meilleur morceau de l'album est sûrement ''Follow the Stench of Greed'', soit le cinquième des huit morceaux, et de fait il a une place centrale bien appropriée car après avoir montré les différentes possibilités offertes par ce style musical novateur qu'est le crust/doom, on nous montre ce que ce genre offre de mieux. Les trois morceaux suivants restent dans le même style et restent de très bons morceaux. Le dernier d'ailleurs, ''The Forgotten'', par son côté plus calme permet de terminer en beauté cet album pour le moins réussi.


On a donc là un album original, proposé par un groupe qui a son propre style, qui le revendique et l'explore afin de nous faire voir un travail approfondi et professionnel. C'est un groupe qui par ses influences est ancré profondément dans une scène underground mais qui assurément mérite à être connu dans les sphères tant du metal que du punk. À quand un prochain album de ce genre? On en redemande.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1