4110

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 03 juin 2010
Sa note : 6/20

LINE UP

-Raphael
(chant)

-Mathias
(guitare)

-Stefan
(guitare)

-Roland
(basse)

-Manzn
(batterie)

TRACKLIST

1)Red Star
2)Holodomor
3)Neda
4)Political
5)Il Duce
6)There Is No God
7)Satan in the Vatican
8)M-26-7
9)1532
10)Brother No1

DISCOGRAPHIE


Trust No1 - Satan In The Vatican



Le métal a quasiment toujours été la musique des gens en colère. Ceux qui ne sont pas contents, qui ont des griefs à exprimer, une rancœur enfouie ou des velléités de rébellion prennent en général une guitare, appellent un pote batteur, pondent un riff minable, des paroles bas du front où s’expriment leur haine et leur rage et éructent dans le micro en espérant passer pour des Che Guevara du XXIe siècle, nouveaux leaders d’un mouvement contestataire qui va abattre le système pour y installer à la place une société plus juste. Oui, je parle bien de Trust No1 et de son imagerie communisto-anarcho-révolutionnaire à deux euros.

Parce que se rebeller, ça peut être bien. Le monde a besoin de contestataires, de contre-courants et de personnes prêtes à lutter contre l’oppression du pouvoir, de la religion et bla bla bla, quitte à mettre des bracelets à clous, à quémander une pièce ou une cigarette dans la rue et à se réunir dans des squats pour y boire des bières en faisant semblant de refaire le monde. Tout cela participe finalement à un folklore rigolo que le monde a cessé de prendre au sérieux il y a plus de vingt ans. Mais ce qui n’est pas pardonnable, c’est d’utiliser un moyen de propagande déloyal : la musique moisie. Trust No1 a décidé de ne pas se prendre la tête pour faire passer son message : trois-quatre riffs repompés ici ou là, une production sympa et un chanteur au growl aussi charismatique qu’un hamster mort, voila qui est largement suffisant pour amener le peuple aveugle à épouser leur cause. Pas besoin d’efficacité musicale, de talent ou d’un chant imparable, car Trust No1 a une autre carte dans sa manche : des paroles vindicatives et énervées. Ah.

Alors oui, tout y passe : les politiciens, le Vatican, Dieu…bref, tout ce que le groupe empile sous le drapeau de l’oppression. C’est bien simple, on croirait parfois entendre le mythique Florent Brunel, ses politiciens « vraiment très méchants » et sa révolte en carton. « There is no God / Live your life now » ou encore « Everything is political / Or the society will fall », voilà un peu le niveau de ce que l’on peut entendre lors des refrains. Alors on peut ne pas douter de la sincérité de Trust No1 dans sa rébellion, mais la forme est catastrophique. Loin (très loin) de l’étincelle qui faisait vivre un groupe comme Napalm Death, Trust No1 propose ici un death/thrash vaguement punk sans aucune inspiration, enchaînant les riffs bateaux sur fond de mid-tempo mou, le tout surmonté par un chanteur qui en fait des caisses pour avoir l’air méchant mais dont la voix ne donne aucune énergie au mélange. Tout a déjà été vu et entendu, aucun moment n’est vraiment réjouissant (allez, peut-être le dernier titre, plus mélodique, avec un peu de chant clair qui passe presque bien), et les trente-six minutes de Satan In The Vatican ne sont qu’ennui et consternation.


Bon, ben tant pis : je ne voterai pas pour le programme révolutionnaire (et certainement plus juste, équitable et digne, évidemment) de Trust No1. Lorsque la révolution viendra enfin, je me poserai en défenseur du capitalisme et du cléricalisme, parce qu’entre deux fléaux, il faut bien choisir le moins terrible. Et avoir Trust No1 comme hymne à une pseudo-révolution, c’est trop pour l’apprenti contestataire que je suis quand je regarde les infos. Poubelle.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6