411

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Mikael Åkerfeldt (chant+guitare)

-Peter Lindgren
(guitare)

-Johan DeFarfalla
(basse)

-Anders Nordin
(batterie+percussions)

TRACKLIST

1)Advent
2)The Night & the Silent Water
3)Nectar
4)Black Rose Immortal
5)To Bid You Farewell

DISCOGRAPHIE


Opeth - Morningrise



Voilà donc ce fabuleux groupe encore à ses débuts. Avec une musique si recherchée, on se demande bien ce que pouvaient donner leurs premiers efforts. La réponse vient sans appel avec ce Morningrise, deuxième du nom. Car ce sont certainement quelques unes des meilleures mélodies à la guitare sèche de Opeth ("The Night and the Silent Water" notamment avec des passages sublimes, bien que très simples). Et aussi des chanson-pavés plus longues que tout ce qu’Opeth a réalisé dans sa carrière, surpuissantes de beauté autant que de noirceur des sentiments.

C’est d’ailleurs une des caractéristiques de cet album, c’est qu’il me semble plus porté sur l’émotion transmise à l’auditeur que sur la musique pure, ce qui est peut-être aussi une conséquence d’une maîtrise technique moins grande qu’à l’avenir. Même si la voix du sieur Akerfeldt n’est pas au sommet de sa forme, bien qu’il impressionne déjà, les années d’entraînements sont encore devant lui, et que la virtuosité technique, pourtant très appréciable déjà, soit un peu en retrait par rapport aux futures réalisations du groupe, cet album est incontestablement un chef-d’œuvre. La technique ne faisant pas tout, la musique ayant aussi son mot à dire.

Et d’où cela peut-il venir ? Et bien peut-être tout simplement d’une fraîcheur inhérente à un groupe encore jeune (c’est ici seulement son deuxième album) et peut-être une spontanéité, une rage de bien faire plus forte. En tout cas, même s’il est très inférieur au niveau technique, cet album surpasse presque au niveau mélodique les autres disques de la troupe (qui n’a d’ailleurs pas encore son line-up définitif) ce qui n’est pas peu dire lorsque l’on connaît la bande à Akerfeldt.

Notons que cette excellence est à mettre en lien direct avec l’émotion procurée par les compositions, ce qui n’est évidemment pas innocent. Des émotions très fortes puisqu’il est difficile de ne pas ressentir une certaine tristesse à l’écoute de cette musique dépressive ou de la joie à l’entente de ces harmonieuses mélodies. Et puis c’est du lourd auquel nous avons droit, pas une chanson en dessous des 10 min, et même une envolée jusqu’à 20 min !! De quoi calmer les ardeurs des petits joueurs pas prêts à s’investir complètement dans la musique. Toutefois, un petit bémol, le monstre de 20min est peut-être un poil trop long... mais on ne peut faire un sans faute dès son deuxième album.

Au niveau de la voix, on remarque notamment que la voix claire est moins lisse, douce, posée, maîtrisée qu’actuellement et la voix death est moins profonde, moins gutturale, bref moins death. A noter que l’album fait la part plus belle que d’habitude à la basse, avec moult petits soli et une présence globale beaucoup plus forte (si je vous dit ça, c’est parce que j’aime bien la basse. Et puis si ça vous intéresse pas, ben na ! c’est ma chronique après tout).

Malgré tout le son est un peu faible, ce qui ne rend pas hommage à la musique comme cela le devrait (notamment la basse un peu limite sur la dernière piste). Néanmoins, il me semble que malgré la technique moins bonne qu’à l’heure actuelle, l’album n’en est pas moins ambitieux, bien au contraire même. Opeth a voulu transmettre un maximum d’émotion à travers cet album, et force est de constater que le but est atteint, comme vous avez pu vous en rendre compte tout au long de cette chronique. Et le résultat de cette ambition est donc une musique sublime, presque sur-le-cultante tant on est soufflé par la qualité intrinsèque de l’ensemble.


Voilà donc un bien bel objet que cet album, et presque forcément avec Opeth serais-je tenté de dire, c’est un indispensable pour toute personne souhaitant découvrir tant le groupe que le death ou même une musique originale. De belles promesses pour le futur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4