4106

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 30 mai 2010
Sa note : 17/20

LINE UP

- Sonny "The Magic Finger" McCormick
(chant+claviers)

- Bobby "The Bear" Maverick
(chant+basse)

- Francky "The Ice Screamer" Maverick
(chant+guitare)

- Johnny "The Devil" Maverick
(guitare)

- Billy "The Mad Guy" Maverick
(batterie)

TRACKLIST

1)Sir Dany Jack
2)All Alone
3)Not Folk
4)Chapter II: Revenge Is a Dish Best Served Cold
5)Brotherhood
6)A Beauty Among the Crowd
7)Backdoor Woman
8)No Pity for the Cheaters
9)Oogie Boogie Drive-In Burger
10)From 66 to 51
11)Under the Sun of Mexico
12)Somewhere Else to Drive
13)We Rock the World

DISCOGRAPHIE


Los Disidentes Del Sucio Motel - Soundtrack From The Motion Picture
(2010) - rock Palm Desert Rock - Label : Deadlight Entertainment



Mais qu'ont-ils tous ces groupes à donner des noms imprononçables à leur formation ? On n'a pas l'air cons avec nos potes nous après :
«- Viens on écoute le dernier Naye Ich... Non, Naye Inch... Non...
- Non plutôt un Hangman Chair's, non, Hangsman Chair, Non...
- Laisse tomber, on va écouter le dernier Los Disidentes Del... Del... Euh... Oh, et puis merde, un bon Kayouss...
- Tu dis Kayouss, toi ?
»


Los Disidentes Del Sucio Motel propose avec Soundtrack From The Motion Picture... leur premier album. Et à la première écoute, une évidence s'impose (ce qui est la moindre des choses pour toute évidence qui se respecte) : ces petits gars « from chez nous » auraient bien pu naitre et grandir à Palm Desert. Les influences sont claires nettes et précises : ça sent le Queens Of The Stone Age, le Fu Manchu et la poussière de la Sky Valley à plein nez (avec une petite pointe de Motörhead pas degueulasse !) Mais comme c'est vraiment très bien fait, assumé et très inspiré, et avec - malgré tout - une identité marquée, fou serait celui qui taxerait les LDDSM (c'est quand même plus pratique) de « vil copieur »... Parce que c'est tout sauf ca !

Vous l'aurez compris avec le titre de l'album : y'a concept... Pour ne rien dévoiler de l'intrigue passionnante et palpitante, les musiciens nous emmènent dans un voyage peuplé de personnages hauts en couleur, de meurtres, de filles à la vertu discutable, de sable, de chemises à carreaux, de policiers acharnés et de gros riffs gras comme les burgers du Oogie Boogie Drive-In. Des riffs gras donc mais pas que... Des chanteurs (et des bons) aussi, un batteur qui envoie (le break de l'opener Sir Dany Jack !) et un paquet de bonnes idées! Des harmonies vocales, des changements de rythme et des histoires ! Et de l'énergie... Plein... De la vraie, de celle qui vient des tripes et qui transforme un bon morceau en [mettre un nom de munition d'artillerie lourde ici].

Si la lourdissime "Sir Dany Jack" ouvre le ban, c'est "All Alone" qui sert de burner, montre de quoi sont capables les LDDSM et emmène tout ce petit monde sur la route du motel... Quand soudain, au détour d'un lacet, on est frappé de plein fouet par "Chapter II". Morceau à tiroir, guitare simple mais efficace, lignes de chant à la frontière du génie ; puis break jouissif et final explosif : Wow... La qualité de composition de ces gars! Une poignée de bons (voire très bons) morceaux plus loin, on touche de nouveau au génie avec "From 66 to 51". Une guitare grasse et rocailleuse au possible, un groove indécent et des lignes de chant qui s'entremêlent sur les hurlements fuzzy des gratteux, quelle science de la composition et quelle énergie incroyable! Alors quand ces derniers se payent le luxe de faire péter en guise d'outro un morceau country-blues dignes des plus grands du genre, on a plus qu'une chose à dire : total respect les gars...


Ok... Avouons que des nombreuses fois lors de la première écoute le nom de Josh Homme saute aux yeux à l'écoute de Soundtrack From The Motion Picture... Et alors ? D'autres l'ont fait avant eux et avec bien moins de réussite ! Le résultat est tellement bon et respire tellement le respect des LDDSM pour les travaux de leurs illustres ainés qu'au bout d'une ou deux écoutes, on oublie totalement leurs influences pour se plonger dans leur univers. Avec ce premier album Los Disidentes Del Sucio Motel mettent la barre haute, très haute... Messieurs, je vous tire mon Stetson !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3