3966

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 07 mars 2010
Sa note : 15/20

LINE UP

-Dame Pandora
(chant)

-Arkdae
(guitare+claviers)

Sombre Cÿr
(basse)

-Hylgaryss
(claviers)

-Alexis
(batterie)

TRACKLIST

1)Ame de Décembre
2)Sous les Neiges Eternelles
3)Omnes Fluctus Tui
4)L’Hiver Est Fini
5)Fin de Vie
6)Enfantement
7)Orpheline
8)Lullaby
9)Le Tribunal
10)Le Cachot
11)Le Chemin Vers la Délivrance
12)Incomprise

DISCOGRAPHIE


Dark Sanctuary - Dark Sanctuary
(2010) - gothique Atmospherique - Label : Wounded Love



14 ans de carrière, 9 sorties, chacune avec une identité forte et reconnaissable dès les premières notes. Et ce pour finalement en arriver à ce Dark Sanctuary, album éponyme, ultime témoignage d'un groupe à la discographie solide et égale, ayant fait face à de multiples changements de line-up ; le dernier en date celui de ses deux violonistes Eliane et Margueurite en 2008. Maintes fois repoussé, jamais abandonné, il nous était promis que cet album verrait le jour puisque le groupe s'éteindrait après un ultime concert à Londres (St Pancras Church). 2010 est arrivé, la boucle est bouclée... voyons voir ce que vaut ce testament.

Parlons dans un premier temps de l'objet avant la musique. La genèse de cet album aura duré deux ans. Le groupe a donc monté son propre home studio, afin de pouvoir prendre son temps ainsi que sa liberté de composition et d'enregistrement. Deux ans pendant lesquels Dark Sanctuary et la dessinatrice Espagnole Victoria Francés ont collaboré pour rendre l'album et son support indissociables. Victoria et Dark Sanctuary, sont réciproquement de très grand amateurs du travail de chacun, spontanément, de part une vision commune de ce que devait être ce témoignage studio, visuellement et musicalement parlant, ce livre est donc totalement en accords aux paroles et aux thèmes développés. Il se présente sous la forme d'un livre 48 pages un poil plus grand qu'un format A5. Cependant, il existe une version simple CD, ce n'était pas le souhait premier du groupe puisqu'ils voulaient réellement faire quelque chose d'unique. Musicalement parlant, on sent que cet album est une bonne synthèse de ce qu'ils ont fait tout en étant novateur, n'hésitant pas à y incorporer de nouveaux instruments (violoncelle, quelques voix d'enfants etc.). Ici, le tout est moins sombre que ses prédécesseurs, il puise sa mélancolie dans quelque chose de plus enfantin, innocent, presque candide ("Sous les Neiges éternelles", "Enfantement", "Orpheline").

Pas de grand changement musicalement à noter, si ce n'est le concept en soi des trois histoires, indépendantes avec chacune une atmosphère propre. Terminés les longs morceaux, le format est plus standard, le groupe ne s'aventurant plus dans des structures longues, excepté "Incomprise" et ses 10 minutes, refermant l'album...pour l'un des meilleurs morceaux du groupe. Ça fait très longtemps que les Parisiens ne font plus dans le heavenly voices à proprement parler (comme Royaume Mélancolique par exemple) mais a toujours gardé d'une façon ou d'une autre ce côté planant dans les voix. Nous sommes donc dans la lignée des Exaudi Vocem I et II, avec un côté plus atmosphérique. Cet album donne le même sentiment à ses premières écoutes qu'à la sortie de Les Mémoires Blessées : quelque chose de plus simplifié, des structures plus courtes, moins aventureuses, quelque chose de plus triste et formaté dans ses plans que leurs longues structures au son beaucoup plus aérien dont bénéficiaient leurs premières offrandes. De ce même album "Âmes de décembre" et "Le cachot" y font très bien référence. Et alors? Oui c'est la sensation du début puis on apprécie les morceaux et l'on se dit que finalement chaque seconde est à sa place telle quelle et que ces compos sont au final très bonnes.


Après deux ans, des changements de line-up incessants et de multiples galères, la fin est là, l'union fait la force, Victoria Francés et Dark Sanctuary se sont alliés pour donner le meilleur d'eux-même et de laisser une place indélébile dans le monde de la musique gothique atmosphérique. A défaut d'être leur meilleur album, c'est le plus sincère et au final... Le plus réussi. Et rien que pour ça... ça mérite une place dans votre discographie.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3