3949

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 22 février 2010
Sa note : 15/20

LINE UP

-Guy Kozowyk
(chant)

-Mike "Gunface" Mc Kenzie
(guitare ; choeurs)

-Greg Weeks
(basse)

-Mike Justian
(batterie)

TRACKLIST

Demoralizer
Hour of Rats
Hymns And Crippled Anthems
Embarassment Legacy
Tales of Martyrs And Disappearing Acts
Floating Through The Veins
Ingest The Ash
One Robot to Another
Mouthfull of Precious Stones
The Ugliest Truth
Face Area Solution
Sleepless Nights in The Compound

DISCOGRAPHIE


The Red Chord - Fed Through The Teeth Machine
(2010) - death metal grindcore deathcore mutant - Label : Metal Blade Records



The Red Chord n'est pas un groupe qu'on peut qualifier de facile d'accès. C'est même plutôt le contraire. Évoluant depuis 1999, et un premier album (''Fused Together in Revolving Doors'', 2002) en forme de mawashigari-coup-de-pied-sauté-dans-les-balls, dans un style abrupt fait d'un mélange de brutal death, de grind et de hardcore, les furieux du Massachusetts, adeptes des riffs barrés et dissonants menés tambour battant par un batteur des plus poulpesques (incroyable Mike Justian), nous assènent donc leur quatrième effort. Alors les gars, toujours aussi vénères?

Eh bien force est de constater que oui, ils sont assurément aussi peu enclins à la chanson bucolique et à la mélodie facile que par le passé. Clairement, The Red Chord est toujours aussi massif, toujours aussi abrupt de prime abord, et ça commence dès le premier morceau, avec un ''Demoralizer'' surpuissant, classique pour le groupe avec ses changements rythmiques brutaux et ses riffs rappelant plus le hardcore chaotique d'un Dillinger Escape Plan que le death dont il est pourtant issu. Mais ce qui fait justement la force de ce groupe, c'est sa capacité à mettre une technique proprement scandaleuse au service de morceaux cohérents et surtout très personnels. Il faut dire aussi que les poètes sont bien aidés en cela par un chanteur au grain hurlé certes classique mais ultra puissant et toujours très bien placé, et surtout par une production des plus solides, qui met parfaitement en valeur les aspects originaux du groupe, à savoir une propension à balancer des riffs dissonants assez particuliers pour le style (''Ingest The Ash'') et à les insérer dans des structures difficilement descriptibles tant elles varient. On est ici à mille lieux du deathcore classique alternants couplets death/grinds et gros breaks hardcore brise nuques tout l'album durant. Non, chez The Red Chord, les structures évoluent vite, vite et beaucoup!

Sautant de couplets frénétiques en passages beaucoup plus groove et salement inventifs (''Hymns And Crippled Anthems''), de séquences trash/death classiques à des breaks lorgnants méchamment plus vers le mathcore (''One Robot to Another''), les fous varient les plaisirs et ambiances avec une facilité déconcertante. Bref, un groupe qui maîtrise la totalité des possibilités offertes par les genres les plus extrêmes de notre allmighty metal (à l'exception du black metal, sans doute l'influence la moins présente dans cet album), et surtout qui sait les allier et les mettre à sa sauce sans qu'on ressente un quelconque manque de cohérence. Le groupe arrive également à insuffler une part de mélodie toujours salutaire dans ses compos (''Hour of Rats'', ou encore l'excellent final de ''Mouthfull of Precious Stones''), bien qu'il se limite volontairement dans cet exercice, préférant tojours repartir vers des sentiers plus inattendus (et souvent bourrins, eheh), ce qui est quelque part une belle preuve d'intégrité : en effet, quand on voit le buzz qui a commencé à monter autour du groupe ces dernières années, notamment aux États-Unis où ceux-ci commencent à être bien connus, on aurait pu s'attendre à ce que le groupe mette un peu d'eau dans son vin. Que nenni, The Red Chord continue à tracer sa route et à semer les corps démembrés sur son passage.


Bref, en ce qui me concerne j'ai adoré cet album, qui ne se laisse pas facilement apprivoiser mais que je considère après maintes écoutes et assez peu originalement comme le fameux « album de la maturité » du groupe. Plus complet que ses prédécesseurs, ''Fed Through The Teeth Machine » est une franche réussite, dont tous les aspects sont maitrisés à la perfection. On peut cependant regretter l'absence d'un ou deux gros hits immédiats, qui auraient amené cet album à un niveau encore supérieur. Un excellent album de deathcore, assurément. Pas encore une énorme tuerie, mais gageons que cela viendra, tant ils en ont largement les moyens.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2