3945

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 21 février 2010
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Charles Rytkönen
(chant)

-Christer Andersson
(guitare)

-Dan Eriksson
(claviers)

-Tommi Karppannen
(basse)

-Peter Moren
(batterie)

TRACKLIST

1)Come Insanity
2)Alone
3)Fantasy
4)As I Die
5)Misery
6)Circle of Memories
7)Haunting Shadows
8)Will to Live
9)The Other Side
10)I Close My Eyes

DISCOGRAPHIE


Inmoria - Invisible Wounds
(2009) - dark metal légèrement thrash et indus. - Label : Massacre



Inmoria est de groupe actif, existant depuis avril 2008 ils sont à l'heure où j'écris ces lignes, prêts à entrer en studio (en mars) pour enregistrer le successeur de ce surprenant et excellent premier essai nommé Invisible Wounds datant pourtant de juin 2009. Espérons que son successeur soit d'aussi bonne facture tant le sujet est ici bien maîtrisé. Nous reviendrons plus tard sur un rapide historique du groupe ainsi que sur la dénomination de leur production en tant que «power metal», étiquette qui décrit tellement mal leur musique. En effet les apports et les influences sont multiples tout en gardant une ligne directrice fidèle et reconnaissable.

La formation, qui ressemble plus à un side project qu'à un vrai projet principal en est en fait un. Celui-ci, formé sous l'impulsion de Dan Eriksson le batteur (ici aux claviers) de Tad Morose, s'entourant de trois autres de ses collègues tout en complétant le line-up par le chanteur de Morgana Lefay. Depuis décembre 2009, le groupe cherche une chanteuse afin de suppléer Charles dans sa tâche. En effet, on retrouve du chant féminin sur quelques passages, ("Alone", "Haunting Shadows", "Will to Live", etc.) discret tout en apportant un réel plus. Deuxième point, chose promise, chose due : revenons sur leur qualification de power metal. Il n'en est rien du moins pas de la façon dont nous pouvons intuitivement l'interpréter. Il y a un côté heavy, presque thrash dans les riffs rappelant ceux de Victor Smolski (Rage), sous une égide indus autant dans les sonorités que dans les formats. Et pourtant ce n'est pas de l'indus à proprement parler, il en est simplement qu'une partie importante des ambiances revient aux claviers très froids (sans pour autant fonctionner sous forme des nappes). Mais la grosse part de leur musique réside sous l'aspect sombre de chaque instant de cette galette. Le son sonne parfois synthétique, mais la qualité, loin des grosses productions, surtout pour le grain du son de guitare qui reste audible et ajoute un cachet à l'album, le fameux côté premier album où tous les défauts sont pardonnés.

Même si en metal ce sont les instruments et les compositions qui priment, ici le charme de la musique y est pour une grande part issue du chant arraché, poussif, plein de vibratos, sans pour autant monter dans les aigus (ce n'est pas du heavy) venant du cœur et utilisant la force d'une rage mélancolique et d'une sincérité résolument touchante. Efficace, mais surtout, en apportant une identité à la musique. Les claviers, omniprésents, sonnent très In Flames (genre "Cloud Connected", "My Sweet Shadow"..) désolé c'est le seul exemple qui me vient dans la tête. Et là, c'est le déclic, il est vrai que beaucoup d'éléments sont communs à ce genre de chanson, ou même à In Flames, mais le côté dark d'Inmoria permet de les différencier et la ressemblance s'efface instantanément. Il y a très peu de solos (si ce n'est le plus flagrant dans le thrashisant "Circle of Memories"), puisque ce n'est pas la démonstration technique qui prime malgré la très bonne maîtrise individuelle de chacun. Les chansons où la voix féminine intervient possèdent un côté plus sombre et calme presque gothique, ne négligeant pas les refrains. Les refrains justement c'est un autre point fort du groupe : mélodiques et puissants, qui restent dans la tête, en un mot : une réussite.


Que l'on aime ou pas, ça fait longtemps qu'un groupe n'avait pas tenté d'apporter sa pierre à l'édifice, en faisant quelque chose de neuf et frais tout en gardant un bon nombre de codes du metal. La quête d'une chanteuse à temps plein est motivée et justifiée par le fait que les meilleures chansons de ce Invisible Wounds sont celles où il y a du chant féminin. Tentez de jeter une oreille sur leur musique, ça vaut tout de même la peine de se pencher sur cet excellent groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5